Le Comité d'entreprise d'EDF et GDF-Suez dans la tourmente

Publié le 23/09/2010
Des nuages noirs continuent de s'amonceler sur le comité d'entreprise le plus riche de France, celui des industries électriques et gazières comme EDF et GDF-Suez, dont le fonctionnement reste dans le collimateur de la Cour des comptes et de la justice.
Le Comité d'entreprise d'EDF et GDF-Suez dans la tourmente
Le Comité d'entreprise d'EDF et GDF-Suez dans la tourmente
Des nuages noirs continuent de s'amonceler sur le comité d'entreprise le plus riche de France, celui des industries électriques et gazières comme EDF et GDF-Suez, dont le fonctionnement reste dans le collimateur de la Cour des comptes et de la justice.

Vosges Matin, Jeudi le 23 Septembre 2010 / France / PARIS

 

Le riche comité d'entreprise est géré par la CGT.

Gérée par la CGT, la Caisse centrale des activités sociales (CCAS), qui fait office de comité d'entreprise pour les salariés des industries électriques et gazières (IEG) se retrouve dans la tourmente, trois ans après un rapport critique de la Cour des comptes qui avait relevé « d'importantes lacunes de gestion » et « une totale absence de transparence comptable ».

La presse a publié mardi des extraits d'un nouveau rapport provisoire de la Cour des comptes, faisant état de dysfonctionnements persistants dans la gestion de l'organisme chargé des prestations sociales pour près de 620 000 bénéficiaires, actifs ou retraités et leurs familles.

Parallèlement, le président de la CCAS, Mickaël Fieschi, doit être entendu aujourd'hui par la justice, dans le cadre d'une enquête de la brigade financière pour « abus de confiance, escroquerie, faux et usage de faux » ouverte en 2004.

M. Fieschi a réuni hier un conseil d'administration extraordinaire sur ce sujet. Les secrétaires des fédérations syndicales de la CCAS sont également convoqués par la justice, et l'organisme pourrait être mis en examen comme personne morale. Plusieurs personnes sont déjà mises en examen dans ce dossier, dont un ancien président de la CCAS.

Pour la CFDT, qui dénonce depuis plusieurs années la gestion de la CCAS, il s'agit surtout « d'incompétence » et de « gaspillage ».

Le document de la Cour des comptes pointe notamment un déficit de 32 millions d'euros en 2009 et un possible déficit de 70 millions en 2010.

Il dénonce également le système de financement, basé sur un prélèvement de 1 % des ventes d'électricité et de gaz. Pour 2010, la CCAS, qui emploie près de 4 000 salariés, dispose d'un budget de 475 millions d'euros.