Le front se fissure entre la CGT et la CFDT

Publié le 01/09/2012
L'appel à manifester le 9 octobre lancé par Thibault est condamné par Chérèque, enclin au dialogue avec le patronat en vue des réformes.
Le front se fissure entre la CGT et la CFDT
Le front se fissure entre la CGT et la CFDT
L'appel à manifester le 9 octobre lancé par Thibault est condamné par Chérèque, enclin au dialogue avec le patronat en vue des réformes.

© Le Républicain Lorrain, Samedi le 01 Septembre 2012 / IG
 
Le leader de la CGT Bernard Thibault a annoncé une mobilisation en octobre pour la défense de l'industrie. Photo AFP

Trois mois après l'arrivée de la gauche au pouvoir, le front syndical CGT-CFDT est mis à mal par une posture plus radicale de la CGT et son appel à manifester. Le secrétaire général de la CFDT accuse la CGT de « détourner » un appel européen à la mobilisation en faveur de l'emploi industriel. Dans le même sens, Luc Bérille, secrétaire général de l'Unsa, juge « choquante » l'attitude de la centrale de Montreuil. « La logique aurait voulu que sur une initiative européenne les organisations syndicales françaises puissent agir ensemble. » Mais l'intersyndicale (CGT, CFDT Unsa, FSU, Solidaires) ne s'est pas réunie depuis l'arrivée du gouvernement socialiste.
Divergences

« Le front commun syndical des années 2009 et 2010 n'existe plus aujourd'hui », relève Guy Groux, chercheur au Cevipof. La raison est structurelle : la CGT et la CFDT ont compris qu'elles ont « de profondes divergences sur des dossiers sensibles - retraite, accords compétitivité, ou encore sur le dialogue social entamé par le gouvernement », estime cet analyste. Autre sujet de discorde, la ratification du traité budgétaire européen contre laquelle la CGT va lancer une pétition.

Aujourd'hui, « il y a un chassé-croisé CGT/CFDT pour savoir qui va être l'interlocuteur prioritaire du gouvernement. Avec Nicolas Sarkozy c'était la CGT, avec François Hollande, c'est la CFDT », estime Bernard Vivier, directeur de l'Institut supérieur du Travail. « D'abord parce que la CGT est engluée dans des problèmes internes » liés à la succession de Bernard Thibault et ensuite « parce que les réseaux CFDT dans le PS sont importants », explique cet analyste. Dès lors, la CFDT est en attente des chantiers de négociations alors que la CGT a choisi de lancer des manifestations dénonçant le Medef. « Le comportement actuel de la CGT est fortement influencé par ses relations avec le Front de gauche » de Jean-Luc Mélenchon et du PCF qui sont très virulents contre le gouvernement Ayrault, estime Vivier.