Les Alstom manifestent

Publié le 31/03/2010
Paris. Environ 240 salariés d'Alstom selon la police, entre 400 et 500 selon les syndicats, ont manifesté hier devant le siège français du groupe à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), pour demander la réouverture de négociations salariales, insatisfaisantes selon eux.
Les Alstom manifestent
Les Alstom manifestent
Paris. Environ 240 salariés d'Alstom selon la police, entre 400 et 500 selon les syndicats, ont manifesté hier devant le siège français du groupe à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), pour demander la réouverture de négociations salariales, insatisfaisantes selon eux.

Mercredi 31 Mars 2010, © L'Est Républicain / REGION

 



 

 

Débrayages à Belfort et Ornans


Cinq organisations syndicales (FO, CFT, CFDT, CFTC, CFE-CGC) avaient appelé les salariés à débrayer et manifester pour réclamer une négociation au niveau du groupe, et non au niveau des filiales comme le fait Alstom.
Des débrayes ont eu lieu notamment à Belfort et Ornans, tandis que des salariés de Valenciennes et La Courneuve avaient fait le déplacement jusqu'à Levallois.
Une délégation syndicale a rencontré des responsables de la direction, sans obtenir d'avancée. Les manifestants réunis devant le site ont brièvement envahi le hall du siège sans commettre de dégradations, selon syndicats et direction.
Les négociations salariales par filiale se sont achevées fin mars sur des résultats quasi similaires pour toutes les filiales, ce qui laisse penser que la décision se prend au niveau du groupe, a expliqué Philippe Pillot, délégué syndical central FO.
Elles se sont terminées sur une augmentation de 1,7%, générale ou individuelle, selon les filiales et les métiers, alors que les syndicats demandaient 1,7% d'augmentation générale et 0,7% d'augmentation individuelle.
Les syndicats ont également dénoncé dans un communiqué une « répartition des richesses inacceptable », avec des disponibilités financières « réparties entre les actionnaires et le rachat d'une partie d'Areva T&D et de TMH ».

Mobilisation le 22 juin


Mais « la direction persiste dans la provocation en étant sourde aux revendications des salariés », ont déploré les syndicats, qui en conséquence ont décidé de ne plus participer « aux prochaines réunions de négociation au niveau Alstom ».
Par ailleurs, le 22 juin, l'assemblée des actionnaires sera aussi l'occasion d'une mobilisation « puisque nous allons rentrer en possession au mois de mai des actions que nous a versées la direction il y a quelques temps ».