Les campings-cars Hymer France vendus aux enchères le 21 septembre

Publié le 14/09/2010
Le matériel du fabricant de véhicules de loisirs Hymer France sera vendu aux enchères le 21 septembre, scellant définitivement le sort de cette entreprise de 180 salariés, à Cernay (Haut-Rhin).
Les campings-cars Hymer France vendus aux enchères le 21 septembre
Les campings-cars Hymer France vendus aux enchères le 21 septembre
Le matériel du fabricant de véhicules de loisirs Hymer France sera vendu aux enchères le 21 septembre, scellant définitivement le sort de cette entreprise de 180 salariés, à Cernay (Haut-Rhin).

Le Républicain Lorrain, Mardi le 14 Septembre 2010 / Région /

 

Camping-cars Hymer vendus aux enchères

La vente est programmée à 11 h, à Cernay, a indiqué Antoine Dugo, délégué CFDT de l'entreprise liquidée le 31 mars.

Elle se décomposera en un millier de lots, dont cinq caravanes et camping-cars complets, ainsi que de l'ensemble du matériel de fabrication, selon le catalogue consultable sur le site internet de la société organisatrice, Optimale.

« L'organisation de cette vente signifie la fin des derniers espoirs de reprise » qui avaient émergé après la liquidation, a souligné M. Dugo. Trois cadres de l'usine travaillaient à un projet pour sauver 80 emplois, mais ils n'ont pas pu entrer dans les réseaux de distribution existants, selon lui.

Sacrifiés

Ce trio « était le seul à avoir manifesté une marque d'intérêt, mais je n'ai plus de nouvelles de sa part depuis le début de l'été », a confirmé le liquidateur judiciaire, Me François Trensz.

La vente aux enchères, prévue début juillet, avait été repoussée afin de laisser une chance aux repreneurs potentiels, a-t-il rappelé. « L'absence de suite a malheureusement amené le juge » à organiser la vente le 21 septembre, a ajouté Me Trensz.

Hymer France avait été liquidée le 31 mars, quatre mois après avoir déposé le bilan. Selon son personnel, la maison mère allemande Hymer a précipité sa chute, préférant lâcher la filiale française en pertes durant une période de crise où les commandes de l'ensemble du groupe ont baissé de moitié.

« Aujourd'hui, le marché reprend et les embauches se font en Allemagne. Nous avons été les sacrifiés », a commenté Antoine Dugo.