Les routiers votent demain

Publié le 17/10/2010
Le transport routier souhaite passer à la vitesse supérieure dès demain, avec actions, blocages et grèves. Les salariés sont appelés à se prononcer.
Les routiers votent demain
Les routiers votent demain
Le transport routier souhaite passer à la vitesse supérieure dès demain, avec actions, blocages et grèves. Les salariés sont appelés à se prononcer.

© Le Républicain Lorrain, Dimanche le 17 Octobre 2010 / IG
 
Plusieurs agences de convoyeurs Loomis vont peut-être choisir de suivre le mouvement. Photo Julio PELAEZ 

La mobilisation dans le transport routier contre la réforme des retraites pourrait s'amplifier la semaine prochaine. Les syndicats du secteur appellent les salariés à se prononcer à partir de demain matin sur de nouvelles actions et notamment d'éventuelles grèves.

Hier et aujourd'hui encore, la CFDT et la CGT du transport routier organisent des actions ponctuelles, tels que des blocages temporaires de ronds-points ou de dépôts pétroliers, et des distributions de tracts. Pour l'instant, « les actions doivent être menées à pied ou en voiture », a souligné Maxime Dumont, de la CFDT Transport, majoritaire dans la branche, car les routiers « ne peuvent pas utiliser les camions s'ils n'avaient pas déposé un préavis de grève dans leur entreprise ».

Le mouvement est appelé à monter d'un cran la semaine prochaine. « Nous allons multiplier les intersyndicales à partir de lundi pour décider des actions », a indiqué Dumont, estimant « que la semaine prochaine sera décisive ». « Il faut amplifier les actions et participer aux manifestations de mardi », a aussi appelé hier la fédération CGT Transports.

Les convoyeurs aussi

Dans le secteur des transports de fonds, des grèves ont déjà été décidées localement et les salariés seront appelés demain matin lors d'assemblées générales à se prononcer sur d'éventuelles grèves. « Des agences comme Chambéry (Brinks, Loomis, Banque de France) seront en grève à partir de lundi, des agences comme Valence suivront derrière et nous sommes en attente pour des grosses agences comme Paris, Toulouse, Marseille », a indiqué Stéphane Debosque, de la CGT Loomis.

« Jusqu'à présent, les convoyeurs ont participé aux manifs mais de façon minoritaire. Là, le but est de passer à une étape supérieure », a ajouté Patrick Noszkowicz, de la CGT Brinks.