Les salariés d'Ontex veulent attirer l'attention de l'Elysée sur la délocalisation de leur usine.

Publié le 01/08/2011
Ils envoient 187 couches pour bébé à Carla.
Les salariés d'Ontex veulent attirer l'attention de l'Elysée sur la délocalisation de leur usine.
Les salariés d'Ontex veulent attirer l'attention de l'Elysée sur la délocalisation de leur usine.
Ils envoient 187 couches pour bébé à Carla.

© L'Est Républicain, Vendredi le 29 Juillet 2011 / France-Monde

 

Les salariés d'une usine de fabrication de couches Ontex devant fermer à Arnas (Rhône) ont envoyé mercredi à Carla Bruni-Sarkozy un paquet de 187 couches, soit le nombre d'emplois menacés. Le paquet a été envoyé au Fort de Brégançon (Var) où l'épouse du chef de l'Etat passe l'été. Bernard Leblond (CFDT) a expliqué : « Nous avons joint une lettre où nous demandons l'instauration de garde-fous aux licenciements boursiers, contre lesquels Nicolas Sarkozy s'élève régulièrement ». Les représentants du personnel sont en pleine discussion avec la direction du groupe belge Ontex sur le plan social annoncé en mai dernier. Depuis, la production tourne au ralenti. Les licenciements pourraient intervenir en septembre. Ontex a justifié son plan par « un problème de surcapacité global ». L'usine d'Arnas est le principal fournisseur en France de couches de marque distributeur, notamment pour les chaînes de la grande distribution, qui les revendent sous leur propre marque. Or, les grandes marques de couches (Pampers, Huggies, etc.) la concurrence avec de nombreuses actions promotionnelles. La production serait transférée en République tchèque et en Allemagne où les coûts sont moindres. A Arnas, il resterait environ 25 salariés, des commerciaux.

Ontex, qui possède une autre usine à Arras, spécialisée dans les produits pour l'incontinence, emploie 4.100 salariés dans le monde.