Les syndicats irrités

Publié le 23/03/2010
Le départ annoncé de Xavier Darcos du ministère du Travail, après seulement neuf mois, irrite des syndicats qui vont devoir dialoguer avec un quatrième ministre en moins de trois ans, au seuil de l'épineuse réforme des retraites.
Les syndicats irrités
Les syndicats irrités
Le départ annoncé de Xavier Darcos du ministère du Travail, après seulement neuf mois, irrite des syndicats qui vont devoir dialoguer avec un quatrième ministre en moins de trois ans, au seuil de l'épineuse réforme des retraites.

Mardi 23 Mars 2010, © L'Est Républicain / FRANCE MONDE

 
L'arrivée d'Eric Woerth au ministère du Travail redoutée par les syndicats.
Après Xavier Bertrand et Brice Hortefeux, qui fit un passage encore plus éclair rue de Grenelle (environ six mois), Xavier Darcos est le troisième ministre du Travail à quitter son poste depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée en mai 2007.
« Ce n'est pas le ministre du Travail qui doit être sanctionné » pour une défaite électorale de la majorité présidentielle aux élections régionales, a réagi le président de la CFTC, Jacques Voisin.

Un problème de stabilité


« Il y a un problème de stabilité à ce ministère », a dit le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly.
« On aura droit à un quatrième ministre du Travail depuis le début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, dans un gouvernement globalement stable. C'est pas un très bon signe dans une période de crise où la question de l'emploi et du travail pose un problème politique redoutable », a déclaré le numéro deux de la CFDT, Marcel Grignard. Or, « dans un tel ministère, il y a des dossiers techniques et lourds qui nécessitent du temps pour les maîtriser », fait valoir un syndicaliste. « Ce n'est pas bon du tout pour tous les dossiers en cours », s'inquiète Jean-François Naton (CGT), évoquant notamment la réforme de la médecine du travail.
Pour la CFDT, « on peut penser que le président veut sur la question des retraites un ministre qui ait une forte autorité politique - sans doute que Darcos ne la réunissait plus - ». Avec l'arrivée au ministère du Travail d'Eric Woerth, ex ministre du Budget, un autre syndicaliste craint que « les aspects d'orthodoxie financière pèsent lourd » dans la réforme des retraites, qui « n'est pas qu'un dossier économique ».