Les syndicats vigilants

Publié le 16/11/2012
Le régime minier, dont l'avenir a été mis en cause par l'ancien gouvernement Fillon, est aujourd'hui l'objet de discussions au ministère de la Santé.
Les syndicats vigilants
Les syndicats vigilants
Le régime minier, dont l'avenir a été mis en cause par l'ancien gouvernement Fillon, est aujourd'hui l'objet de discussions au ministère de la Santé.

© Le Républicain Lorrain, Vendredi le 16 Novembre 2012 / FOR

Cet été, les organisations syndicales représentatives des mineurs ont obtenu l'instauration d'un moratoire sur l'application du décret du 30 août 2011. Un chargé de mission a été nommé et il devrait rendre ses conclusions aujourd'hui à Marisol Touraine, après avoir notamment consulté les organisations syndicales.

Lors de la dernière réunion tenue en plénière en début de semaine, l'ensemble des fédérations a convenu de décliner chacune ses propositions au chargé de mission, M. Bessière, actant les convergences.

CGT : « Ne pas baisserla garde »

La CGT a ainsi remis un document qui rappelle les préalables nécessaires pour une réorientation effective de la politique de liquidation actée par le décret du 30 août 2011, à savoir : « L'abrogation de ce décret et de ceux de 2009-2010-2011 et 2012 et notamment de l'article 80 qui appelle au transfert de la gestion de l'offre de santé au plus tard au 31 décembre 2013 comme point de départ ; la garantie effective de l'emploi, des droits et conventions pour les personnels ; le retour à une gestion démocratique par les représentants des affiliés. »

Pour la CGT ces garanties seront d'autant plus importantes que le régime minier sera effectivement consolidé et pérennisé, ce dont conviennent l'ensemble des fédérations.

La CGT appelle les syndicats à ne pas baisser la garde. « Quatre mois se sont écoulés depuis l'annonce du moratoire sans que la ministre n'ait rencontré les fédérations de mineurs. Au-delà des recommandations du chargé de mission, dont nous ne serons pas destinataires, l'importance et l'enjeu de l'ensemble du dossier du régime minier nécessitent que la ministre nous reçoive dans les plus brefs délais », conclut le communiqué.

La CFDT se sent harcelée

La CFDT, elle, a adressé une lettre ouverte aux élus et aux futurs candidats de l'UMP dans les bassins miniers. En effet, « en suivant les débats à l'assemblée nationale sur le projet de loi pour le financement de la sécurité sociale pour 2013 », les syndicalistes ont découvert que cinq députés UMP avaient déposé « un amendement attaquant, une nouvelle fois, le régime minier de sécurité sociale ». Et même si l'amendement a été rejeté, cela agace au plus haut point la CFDT qui dénonce un acharnement. « Nous avions pris bonne note que les mineurs n'avaient aucune aide à attendre du groupe UMP à l'assemblée. Mais, nous ne pensions pas que le groupe UMP allait attaquer le régime minier de plus belle », lance le CFDT.

Qui condamne la méthode. « Faire intervenir sur ce dossier, cinq députés qui n'ont pratiquement aucun ressortissant du régime minier dans leurs circonscriptions, démontre qu'il y a une volonté de nuire ».

Le syndicat national CFDT des mineurs, des retraités, des veuves et des personnels du régime minier a donc écrit à ces cinq députés du Var, des Bouches-du-Rhône, du Rhône et d'Île et Vilaine en leur notifiant « que ce sont les élus et les candidats de l'UMP aux prochains scrutins dans les bassins miniers, qui seront demain, les comptables des prises de positions et des actions de l'UMP, où que ce soit ».