Marathon men

Publié le 22/10/2010
« Jamais deux mouvements sociaux ne se reproduisent à l'identique », estimait Bernard Thibault au début du mois de septembre, alors que nous l'interrogions sur la possibilité de voir le gouvernement reculer en 2010 comme l'avait fait Alain Juppé en 1995.
Marathon men
Marathon men
« Jamais deux mouvements sociaux ne se reproduisent à l'identique », estimait Bernard Thibault au début du mois de septembre, alors que nous l'interrogions sur la possibilité de voir le gouvernement reculer en 2010 comme l'avait fait Alain Juppé en 1995.

Le Républicain Lorrain, Vendredi le 22 Octobre 2010 / IG /

 

 Il y a quinze ans, l'unanimité syndicale n'avait pas cours. Aujourd'hui, l'axe CGT-CFDT, qui a entraîné la mobilisation de l'automne, survit à toutes les vicissitudes, internes et externes. Malgré le rejet de la « radicalité » par le conseil national de la CFDT ; malgré les discrètes retrouvailles entre la CGT, SUD et Force Ouvrière ; malgré la course contre la montre imposée au mouvement social par le gouvernement.

Au soir de la sixième journée d'action depuis la rentrée, mardi dernier, les responsables syndicaux paraissaient pourtant presque désemparés. Comme dépassés par leur succès, alors que se profilait la trêve de la Toussaint. « Il est temps », confiait un responsable lorrain de la CFDT, « de laisser s'exprimer les salariés, entreprise par entreprise. » Deux jours plus tard, la menace de pénurie de carburants, les incidents entre jeunes et policiers, les perturbations des transports et l'inflexibilité du gouvernement n'ont pas émoussé le « capital de sympathie » engrangé par le mouvement. « Une pause serait bienvenue », soupirait pourtant un responsable cégétiste ; « mais les copains sont dans des mouvements reconductibles, on ne peut pas attendre. »

Les syndicats, réunis hier après-midi, ont donc dû, bon gré mal gré, donner acte de sa détermination à la masse des marcheurs. Ils redescendront dans la rue, et plutôt deux fois qu'une ! Et d'ici au 6 novembre, date du second des deux nouveaux rendez-vous fixés hier, il est probable que vont se multiplier les actions « commando » et les grèves renouvelables. Les syndicats, et singulièrement la CFDT, ont, finalement, retenu la leçon de 1995 : même si l'issue est incertaine, c'est « la base » qui a imposé le maintien d'une unité fragilisée aux centrales syndicales.

Bernard MAILLARD.