Menaces sur l'école Jean-Moulin

Publié le 03/02/2010
A Metz, le personnel de l'Ecole de reconversion professionnelle (ERP) Jean-Moulin est en grève aujourd'hui. Les enseignants craignent à terme une privatisation de l'école.
Menaces sur l'école Jean-Moulin
Menaces sur l'école Jean-Moulin
A Metz, le personnel de l'Ecole de reconversion professionnelle (ERP) Jean-Moulin est en grève aujourd'hui. Les enseignants craignent à terme une privatisation de l'école.

Le Républicain Lorrain, Mercredi le 03 Février 2010. / Metz / Actualité
 

 

Le personnel sera en grève aujourd'hui à l'Ecole de reconversion professionnelle (ERP) Jean-Moulin à Metz, tandis qu'une manifestation aura lieu à Paris. En cause : l'avenir de ces structures.Sous la tutelle de l'Onac (Office national des anciens combattants), neufs ERP ont été créés en France, en 1916, initialement pour permettre aux personnes mutilées, victimes de la Première Guerre mondiale, d'accéder à des formations professionnalisantes. Avec le temps, le public s'est élargi aux personnes handicapées physiques, puis a permis à des militaires de carrière de se reconvertir.Le personnel s'inquiète aujourd'hui de l'avenir des écoles. L'Etat propose la création d'une fondation appelée Mémoire et solidarité du monde combattant, et de limiter ainsi son rôle dans le fonctionnement des écoles. Ce projet de loi annulerait donc, à terme, le statut d'établissement public, selon Michel Giffe, professeur à l'ERP de Metz. « Nos formations diplomantes sont calquées sur l'Education nationale. Les formations porteront-elles sur des domaines précis avec la fondation ? », s'inquiète-t-il. L'enseignant ne cache pas sa colère : « Une grande richesse est menacée par cette fondation, affirme-t-il. Car ces écoles offrent un confort pour prétendre à une formation complète ». De leurs côtés, la CFDT, la CGT et Snetta parlent déjà de « désengagement complet de l'Etat ».
La grève organisée aujourd'hui coïncide avec une réunion à Paris. Le conseil d'administration de l'Onac doit se réunir pour réfléchir et voter les termes du projet. Une partie du personnel sera donc en grève à Metz, et les autres manifesteront à Paris, aux côtés des personnels des huit autres écoles.