Mobilisation et sommet social au menu des syndicats

Publié le 19/12/2011
L'intersyndicale (CGT, CFDT, Unsa, Solidaires, FSU) se réunit aujourd'hui au siège de la CFDT pour tirer le bilan de la mobilisation du 13 décembre, restée limitée, et débattre de la proposition de la CGT d'une action unitaire lors du sommet sur l'emploi convoqué par Nicolas Sarkozy le 18 janvier.
Mobilisation et sommet social au menu des syndicats
Mobilisation et sommet social au menu des syndicats
L'intersyndicale (CGT, CFDT, Unsa, Solidaires, FSU) se réunit aujourd'hui au siège de la CFDT pour tirer le bilan de la mobilisation du 13 décembre, restée limitée, et débattre de la proposition de la CGT d'une action unitaire lors du sommet sur l'emploi convoqué par Nicolas Sarkozy le 18 janvier.

© Vosges Matin, Lundi le 19 Décembre 2011 / France / Paris

 

 

La journée d'action contre le plan d'austérité du gouvernement mardi dernier avait rassemblé plusieurs milliers de personnes dans tout le pays. La CFDT avait expliqué la faible mobilisation notamment par l'approche de la présidentielle tandis que la CGT avait relevé « la volonté des salariés de ne pas accepter les mesures d'austérité ».

Simplifier et renforcer le chômage partiel

Aujourd'hui, la CGT « va proposer » à ses partenaires une initiative pour le jour du sommet sur l'emploi. « Pour nous, il n'est pas question de suivre ce sommet sans appeler les salariés à faire pression », a souligné Nadine Prigent, secrétaire confédérale de la CGT. Le leader de la CGT Bernard Thibault avait déjà indiqué qu'il participerait à ce sommet en le mettant « sous la pression d'une mobilisation ».

Les cinq syndicats représentatifs (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) ont tous donné leur accord pour participer à cette rencontre à laquelle le chef de l'Etat a également convié les organisations patronales pour « apporter des solutions » à l'envolée du chômage sur fond de récession.

Une mobilisation le 18 janvier « peut être une bonne idée » mais « il faut d'abord discuter des revendications communes que les syndicats peuvent porter ensemble dans la perspective de ce sommet », a estimé Luc Bérille secrétaire général de l'Unsa.

Une proposition semble faire consensus, côté syndical : simplifier et renforcer le chômage partiel -- financé en partie par l'Etat -, un dispositif qui permet aux salariés des entreprises en difficulté de garder leur contrat de travail. Le sujet sera aussi au centre d'une réunion le 21 décembre entre syndicats et patronat au siège du Medef.

De son côté, Force ouvrière qui s'était associée à la mobilisation mardi dernier, a indiqué qu'elle ne participerait pas à l'intersyndicale ce lundi. Pour FO, qui a toujours plaidé pour la grève, la faible mobilisation du 13 décembre a montré « le peu d'adhésion » des salariés à « cette forme d'action ».