Mobilisation moyenne chez Ikea

Publié le 14/02/2010
Vingt-trois magasins Ikea sur 26 ont été touchés hier par un mouvement de grève sans précédent visant à faire plier le géant suédois de l'ameublement sur les salaires du personnel.
Mobilisation moyenne chez Ikea
Mobilisation moyenne chez Ikea
Vingt-trois magasins Ikea sur 26 ont été touchés hier par un mouvement de grève sans précédent visant à faire plier le géant suédois de l'ameublement sur les salaires du personnel.

Dimanche 14 Février 2010, © L'Est Républicain / FRANCE

La direction a recensé 9% de grévistes. La CGT en a vu 50%.
Un seul a été fermé, celui de Franconville, dans le Val-d'Oise. En fin de matinée, la direction a recensé quelque 500 grévistes parmi les 5.500 salariés devant travailler ce jour, essentiellement dans la région parisienne.
La CGT, qui évoque de son côté « un mouvement massif », a, elle, dénombré près de 50% de grévistes.
A Franconville, la co-directrice du magasin a justifié la fermeture par « des menaces d'actions spectaculaires des organisations syndicales qui font pression sur les nongrévistes ».
A Plaisir, dans les Yvelines, où est implanté le siège social, une soixantaine de personnes scandaient dans un froid glacial « Respectez les employés » et « Plaisir ne bougera pas ».

« Course aux bénéfices »

« Depuis la prise en main d'Ikea par une holding, il y a une vingtaine d'années, c'est la course aux bénéfices alors que notre fondateur Ingvar Kamprad avait une fibre sociale plus développée »
, a souligné un ancien de la maison.
Déçus par les propositions d'augmentation de salaire, FO, CGT et CFDT ont appelé jeudi soir à une grève immédiate, qu'ils qualifient d'« historique ». Ils réclament une hausse générale des rémunérations de 4%. Ikea a proposé pour les employés une augmentation collective de 1% et une hausse individuelle liée aux performances de 1%.
Une nouvelle réunion portant sur les conditions de travail est prévue demain avec les syndicats.
Pour aujourd'hui, jour où seuls les magasins d'Ile-de- France sont ouverts, la grève pourrait connaître une parenthèse. Les salariés sont, en effet, rémunérés à 225% le dimanche et les arrêts de travail sont exceptionnels, souligne la direction.