Nouveau Président à l'Unedic

Publié le 30/01/2010
Gaby Bonnand (CFDT), élu aisément président de l'assurance chômage, a défendu hier le rôle de l'Unedic, mis à mal par la fusion ANPE-Assedic, en plein bras de fer entre partenaires sociaux et Etat sur la prise en charge d'un nombre croissant de chômeurs en fin de droits.
Nouveau Président à l'Unedic
Nouveau Président à l'Unedic
Gaby Bonnand (CFDT), élu aisément président de l'assurance chômage, a défendu hier le rôle de l'Unedic, mis à mal par la fusion ANPE-Assedic, en plein bras de fer entre partenaires sociaux et Etat sur la prise en charge d'un nombre croissant de chômeurs en fin de droits.

Samedi 30 Janvier 2010, © L'Est Républicain / FRANCE & Le Républicain Lorrain / IG /

     
Gaby Bonnand devra affronter le problème des chômeurs en fin de droits. Photo AFP

Gaby Bonnand (CFDT), élu aisément président de l'assurance chômage, a défendu hier le rôle de l'Unedic, mis à mal par la fusion ANPE-Assedic, en plein bras de fer entre partenaires sociaux et Etat sur la prise en charge d'un nombre croissant de chômeurs en fin de droits. Succédant à Geoffroy Roux de Bézieux (Medef), désormais vice-président, le secrétaire national de la CFDT a été élu pour deux ans à la tête de l'organisme paritaire créé en 1959. Alors que d'autres syndicats avaient initialement fait mine de présenter des candidats, M. Bonnand, 57 ans, s'est finalement retrouvé seul en lice pour la présidence, occupée à tour de rôle par un responsable syndical puis patronal. De la création de l'Unedic en 1959 à 1990, FO a assuré la présidence du côté syndical. Depuis 1993, c'est la CFDT qui a alterné avec le patronat.

Au sein du conseil d'administration de l'assurance chômage, toutes les organisations ont voté pour Gaby Bonnand, sauf la CGT, qui s'est abstenue. « La quasi unanimité montre que les partenaires sociaux sont soudés et prêts à peser sur la gouvernance de Pôle emploi », a commenté M. Roux de Bézieux.Depuis la fusion ANPE-Assedic pour créer Pôle emploi, l'Unedic ne chapeaute plus les Assedic, chargées d'indemniser les chômeurs ayant suffisamment cotisé, et va perdre le recouvrement des cotisations, transféré aux Urssaf début 2011. ais c'est toujours au sein de l'Unedic que les partenaires sociaux décident du montant des cotisations ainsi que du niveau et de la durée des allocations dans le cadre de la convention d'assurance chômage, toujours âprement négociée.

Affirmant son « attachement au paritarisme et à la négociation collective », M. Bonnand a martelé que la fusion n'avait pas privé l'Unedic de « ses pouvoirs politiques de mise en oeuvre de la convention d'assurance chômage » et jugé nécessaire d'« être exigeant notamment envers Pôle emploi » sur l'accompagnement des chômeurs.

Dans l'immédiat, l'Unedic et son président se trouvent aussi confrontés à la hausse du nombre de chômeurs en fin de droits, estimé par Pôle emploi à un million en 2010 contre 850 000 en 2009.