Nouveau suicide à La Poste

Publié le 13/03/2012
Management : les syndicats dénoncent l'organisation du travail
Nouveau suicide à La Poste
Nouveau suicide à La Poste
Management : les syndicats dénoncent l'organisation du travail

© L'Est Républicain, Mardi le 13 Mars 2012 / Ouverture France-Monde + Républicain Lorrain + Vosges Matin

 

Un cadre de la Poste en arrêt maladie a été retrouvé pendu dimanche à la plate-forme courrier de Trégunc (Finistère).

 

Le cadre de 42 ans décédé dimanche, marié et père de deux enfants, était encadrant sur cette plate-forme de 15 salariés mais était en arrêt maladie depuis début décembre 2011, a expliqué la direction du courrier Ouest-Bretagne. L'homme « postier depuis 20 ans », était « une personne fragile psychologiquement. Il avait déjà été arrêté en 2009, il avait des problèmes avec sa hiérarchie. Il était fragilisé, à fleur de peau », a déclaré le secrétaire territorial du syndicat des cadres CGC. « Le fait qu'il soit revenu sur son lieu de travail n'est pas anodin. C'est un message qu'il a voulu envoyer à l'entreprise », a-t-il poursuivi en précisant que le cadre avait écrit au PDG de l'entreprise Jean-Paul Bailly en novembre pour lui faire part de ses difficultés. « Si vous pouviez faire en sorte que ''tout ça'' débouche sur quelque chose de positif et de constructif pour l'entreprise et nos collègues... », a écrit le cadre en détresse dans un courrier électronique envoyé dimanche en milieu d'après-midi à la CGC, dont il était membre.

« On est très touchés, on le connaissait bien. Il est temps que La Poste se réveille et regarde les conditions de vie, il n'y a plus d'humanité, il n'y que la productivité qui compte », a affirmé le secrétaire régional CFDT pour la Bretagne. Le syndicaliste précise qu'il connaissait le postier depuis 15 ans et que celui-ci était « angoissé » à l'idée de reprendre son travail le 25 mars.

« La loi de la jungle »

« C'est la loi de la jungle Plusieurs personnes ne sont pas bien dans leur boulot, en ''burn out''. C'est la réalité souvent dans l'encadrement, le niveau de ce qu'on leur demande est trop haut », a-t-il ajouté.

« Le collègue Bruno connaissait le métier. Il respectait les collaborateurs et n'acceptait pas de faire subir à ses subalternes cette pression », a déclaré le délégué CGT PTT du Finistère, devant les grilles de la plate-forme de Trégunc où travaillait le cadre. « Il faut toujours en faire plus tout en étant toujours moins nombreux. Le nombre de boîtes (aux lettres) augmente d'année en année alors que La Poste réduit les effectifs. Le facteur qui n'y arrive pas, on lui dit que c'est lui qui a un problème. Les salariés sont mis sous pression pour atteindre des objectifs de profit. Plus personne n'en veut de cette stratégie », a-t-il ajouté.

C'est le deuxième suicide d'un cadre en Bretagne en dix jours. Le 29 février Jérémy Buan, cadre supérieur, s'est suicidé en se jetant du dernier étage de La Poste à Rennes. Dans une lettre de désespoir, il exprimait son « anxiété professionnelle » et son incapacité à vivre dans un « tel contexte opprimant ».