Nouveaux plans sociaux sur fond de hausse du chômage

Publié le 29/11/2012
SFR a annoncé hier un plan de départs de 856 emplois. En Alsace, Albany supprime des dizaines d'emplois, comme Rio Tinto Alcan dans les Alpes.
Nouveaux plans sociaux sur fond de hausse du chômage
Nouveaux plans sociaux sur fond de hausse du chômage
SFR a annoncé hier un plan de départs de 856 emplois. En Alsace, Albany supprime des dizaines d'emplois, comme Rio Tinto Alcan dans les Alpes.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 29 Novembre 2012 / IG /

 

 
 Alors que le chômage est en hausse pour le 18e mois consécutif, et que 4,58 millions de personnes sont aujourd'hui à la recherche d'un emploi en France, une nouvelle série d'annonces vient encore assombrir le tableau de l'emploi. Hier, l'opérateur SFR a ainsi confirmé son intention de supprimer, par des départs volontaires, 856 postes pour « sauvegarder sa compétitivité ».

Un plan jugé inacceptable par les syndicats, qui suspectent Vivendi de vouloir dégraisser sa filiale avant de la vendre dans de meilleures conditions. Pour la CFDT, la CFE-CGC, SUD, la CGT et l'Unsa, ces suppressions de postes sont « d'autant moins justifiées que SFR reste une des entreprises les plus bénéficiaires du territoire », avec un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros au troisième trimestre.

« Pas acceptable en l'état »

En Alsace, le groupe américain Albany a affirmé qu'il n'avait pas l'intention de revenir sur les 200 suppressions d'emplois annoncées sur ses deux sites français de Sélestat (Bas-Rhin) et de Saint-Junien (Haute-Vienne). Là encore, les syndicats tirent à boulets rouges sur la direction. « C'est une stratégie industrielle incompréhensible qui consiste à diminuer la production de sites qui sont toujours rentables », estime Michaël Martin, délégué syndical CGT du site de Sélestat. Une table ronde devrait réunir le 18 décembre à Bercy, autour du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, la direction et les salariés du groupe américain ainsi que des élus locaux.

Enfin, le numéro un mondial de l'aluminium, Rio Tinto Alcan, vient d'officialiser un plan de restructuration prévoyant la suppression d'environ 136 postes principalement à Voreppe (Isère) et à Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie). Une décision que le ministère du Redressement productif avait déjà jugée « pas acceptable en l'état ».

Seule éclaircie : le géant américain de la vente en ligne, Amazon, a annoncé lundi qu'il allait créer un quatrième centre de distribution à Lauwin-Planque, dans le Nord. Ce dernier pourrait employer à l'horizon 2012 jusqu'à 2 500 personnes, mais son ouverture suscite déjà la polémique : Amazon devant percevoir des aides publiques de la Région et de l'Etat alors qu'il doit déjà près de 200 millions d'euros au fisc français...