Nouvelles commandes aux chantiers de Saint-Nazaire

Publié le 24/07/2010
Devant des ouvriers qui ont constitué son coeur de cible en 2007, Nicolas Sarkozy a annoncé hier que deux navires de guerre destinés à la Russie seraient construits à Saint-Nazaire par les chantiers navals STX, actuellement en grande difficulté.
Nouvelles commandes aux chantiers de Saint-Nazaire
Nouvelles commandes aux chantiers de Saint-Nazaire
Devant des ouvriers qui ont constitué son coeur de cible en 2007, Nicolas Sarkozy a annoncé hier que deux navires de guerre destinés à la Russie seraient construits à Saint-Nazaire par les chantiers navals STX, actuellement en grande difficulté.

© Vosges Matin, Samedi le 24 Juillet 2010 / France 

 
Nicolas Sarkozy a annoncé hier que les chantiers navals de Saint-Nazaire construiront pour la Russie deux bâtiments de guerre de classe Mistral. (Photo AFP)

La France avait fait savoir en février dernier qu'elle étudiait une demande russe pour quatre bâtiments de ce type. Un accord de principe avait été pris pour la construction d'un premier navire mais rien n'avait été confirmé.

« Avec nos amis russes vous allez fabriquer les deux BPC. Le contrat, on est en train de le négocier, mais la décision de le faire elle est certaine », s'est engagé le chef de l'Etat devant quelque 300 ouvriers, dans une mise en scène étudiée.

Comme au plus fort de la dernière campagne présidentielle, le président était seul, micro en main et sans notes, sur une estrade installée au pied d'un impressionnant navire militaire en construction, le Dixmude, destiné à la Marine nationale.

Les anciens chantiers de l'Atlantique construiront donc pour la Russie deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral pouvant transporter jusqu'à 900 hommes, des hélicoptères et des chars d'assaut.

Le matin même pourtant, le patron des chantiers navals Jacques Hardelay se voulait beaucoup plus prudent. « On est dans le planning de négociation », avait-il confié à la presse.

Après l'annonce présidentielle, plusieurs responsables syndicaux ont d'ailleurs indiqué qu'ils attendaient encore « une décision définitive ». « On espère que ça débouchera », avance ainsi Johan Jardin, délégué CFDT.

La commande de deux nouveaux BPC est susceptible de donner une bouffée d'oxygène à des chantiers de l'Atlantique dont l'activité est en forte baisse avec la crise économique et après la livraison en juin du Norwegian Epic, le plus gros paquebot jamais construit à Saint-Nazaire.

Ils achèvent actuellement le Dixmude, dont la construction a été anticipée dans le cadre du plan de relance, et qui sera livré à l'armée en avril 2011.

Nicolas Sarkozy, qui a rencontré les organisations syndicales, a promis que l'Etat, qui est entré dans le capital de STX en 2008 à hauteur de 33 %, ne se désengagerait pas tant « que l'entreprise aura besoin de nous ».

« C'est stratégique pour la France. Jamais je ne laisserai fermer le chantier », a déclaré le chef de l'Etat qui a tenu à rappeler qu'il venait là « pour la quatrième fois » et qu'il n'accepterait en aucun cas une « délocalisation » de l'activité.