Pas de trêve électorale pour les mouvements sociaux

Publié le 08/03/2010
A quelques jours des élections régionales qui s'annoncent difficiles pour la majorité gouvernementale, la semaine sociale sera très chargée : plusieurs grèves sont prévues ainsi que deux comités d'entreprise.
Pas de trêve électorale pour les mouvements sociaux
Pas de trêve électorale pour les mouvements sociaux
A quelques jours des élections régionales qui s'annoncent difficiles pour la majorité gouvernementale, la semaine sociale sera très chargée : plusieurs grèves sont prévues ainsi que deux comités d'entreprise.

© Le Républicain Lorrain, Lundi le 08 Mars 2010 / IG /
 

 

L'avenir de la raffinerie des Flandres près de Dunkerque sera décidé aujourd'hui lors d'un comité central d'entreprise exceptionnel du groupe pétrolier Total. Photo AFP

Une dizaine de grèves et de manifestations sont organisées cette semaine dans plusieurs secteurs. Par ailleurs, deux importants comités d'entreprise sont prévus.
Aujourd'hui

o TOTAL. - Les syndicats et la direction de Total se retrouvent pour un comité central d'entreprise consacré à l'avenir de la raffinerie des Flandres, près de Dunkerque, menacée de fermeture et dont les salariés sont en grève depuis le 12 janvier. Le site est à l'arrêt depuis septembre 2009

Demain

o PHILIPS. - Les syndicats ont rendez-vous avec leur direction pour un CCE consacré à la situation de l'usine de Dreux, fermée le 15 février par la direction sans avoir attendu l'avis du comité d'entreprise, puis rouverte une semaine plus tard sur décision de justice.

o JUSTICE. - L'ensemble des syndicats de magistrats et des personnels judiciaires, et les syndicats de l'administration pénitentiaire, appellent à une journée « justice morte » contre le projet de réforme de la procédure pénale, considéré par les organisations syndicales comme une volonté du pouvoir politique de contrôler les affaires sensibles ou gênantes pour l'exécutif. Une manifestation est prévue à Paris.

o KINÉ. - Les trois organisations représentatives des kinésithérapeutes organisent une manifestation nationale à Paris pour exiger la reconnaissance de leur diplôme au niveau master ou encore la prise en charge du financement de leur formation.

Jeudi

o SANTÉ. - Quatre syndicats de médecins généralistes demandent aux praticiens de fermer leurs cabinets médicaux pour dénoncer l'absence de revalorisation de leurs honoraires, de 22 à 23 euros. Plusieurs syndicats d'infirmiers-anesthésistes appellent également à la grève contre une « dévalorisation » de cette profession.

o PETITE ENFANCE. - Le collectif Pas de bébés à la consigne, regroupant plusieurs dizaines d'associations et de syndicats, incite les personnels de la petite enfance à se mettre en grève et à participer à des manifestations, dont une à Paris, contre le décret gouvernemental assouplissant les conditions d'accueil dans les crèches.

Vendredi

o ÉDUCATION. - Une grève nationale des personnels des collèges et lycées est prévue sous la coupe de six syndicats (FSU, CGT, FO, FAEN, SNALC et Sud-Education). Des manifestations auront lieu un peu partout en France pour dénoncer la politique éducative du gouvernement, notamment les suppressions de postes.

o ORDURES MÉNAGÈRES. - Six syndicats (CGT, CFDT, FO, CGC, CFTC et FNCR) demandent à l'ensemble des salariés des entreprises de collecte et de traitement des ordures ménagères, dont les éboueurs, à participer à une grève nationale reconductible pour exiger des hausses des salaires, une amélioration des conditions de travail et le droit à une retraite anticipée.

o TRANSPORTS URBAINS. - Cinq fédérations syndicales appellent à une grève dans les transports urbains d'une trentaine de villes de France qui délèguent la gestion de leurs réseaux à des organismes privés. Les syndicats dénoncent une « privatisation déguisée ».