Préavis de grève à Air France

Publié le 23/08/2012
Les salariés d'Air France de Strasbourg-Entzheim sont une nouvelle fois appelés à la grève demain pour protester contre la suppression prévue de la liaison aérienne entre cet aéroport et Roissy Charles-de-Gaulle.
Préavis de grève à Air France
Préavis de grève à Air France
Les salariés d'Air France de Strasbourg-Entzheim sont une nouvelle fois appelés à la grève demain pour protester contre la suppression prévue de la liaison aérienne entre cet aéroport et Roissy Charles-de-Gaulle.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 23 Aout 2012 / Région + Vosges Matin

 

 

 

Un premier mouvement de grève avait eu lieu le 10 août.

Un nouveau préavis a été déposé par une intersyndicale regroupant la CFDT, la CFE-CGC, la CGT, FO et Sud.

Air France a annoncé en juillet qu'elle allait mettre fin à la desserte aérienne entre Strasbourg et Roissy Charles-de-Gaulle à compter du 8 décembre et proposer à la place une desserte ferroviaire en partenariat avec la SNCF.

La compagnie a justifié son choix par « le déficit structurel de cette desserte aérienne » concurrencée par le TGV Est.

Selon les syndicats, quelques perturbations sont à prévoir demain pour les voyageurs. « Notre but n'est pas de perturber les voyageurs, mais au con traire de les prévenir qu'ils vont y perdre en service avec cette suppression », a fait valoir Valérie Liochon, déléguée CFDT du personnel d'Air France à Strasbourg.

Deux « temps forts » sont prévus lors de cette journée de grève, entre 11h et 12h, puis entre 20h et 21h, avec notamment des rassemblements du personnel devant l'aéroport.

La direction régionale d'Air France a précisé de son côté que le programme des vols de vendredi n'était pas modifié, mais que « des retards sont à prévoir ».

« La direction dit que la suppression de la desserte ne va rien changer pour le personnel d'Air France à Strasbourg-Entzheim (quelque 200 personnes), mais on a des doutes », a expliqué Mme Liochon.

Les syndicats craignent, par ailleurs, que l'aéroport de Strasbourg soit fragilisé par cette suppression, face à la concurrence des aéroports allemands.