Prévention du stress : le bilan

Publié le 19/02/2010
Le gouvernement a distribué hier bons et mauvais points aux grandes entreprises, classées en fonction de leurs efforts de prévention du stress au travail.
Prévention du stress : le bilan
Prévention du stress : le bilan
Le gouvernement a distribué hier bons et mauvais points aux grandes entreprises, classées en fonction de leurs efforts de prévention du stress au travail.

Vendredi 19 Février 2010, © Vosges Matin / FRANCE

Le ministère du Travail a publié un 'état d'avancement' de la prévention du stress dans 1 500 grandes entreprises en France.
En pleine série noire de suicides de salariés à France Télécom, le ministre du Travail Xavier Darcos avait lancé début octobre un plan national d'urgence, fixant aux quelque 1 500 entreprises françaises de plus de 1 000 salariés la date-limite du 1 er février pour entreprendre des démarches. Selon les résultats publiés hier sur le site travailler-mieux.gouv.fr, 45% des entreprises sont classées en rouge (elles n'ont rien entrepris ou n'ont pas répondu au questionnaire soumis par le ministère), 35% en orange (ont engagé une ou plusieurs réunions de négociations ou de discussions) et 20% en vert (ont signé un accord de fond ou de méthode). Pour M. Darcos, ' ces résultats sont relativement positifs' et les entreprises françaises ' ont joué le jeu car le 'name and shame' ( nommer et faire honte, ndlr) a des conséquences sur leur image.' Les listes seront actualisées chaque mois. ' Je suis persuadé que la transparence suffira, qu'il serait inutile de créer une taxe', a ajouté le ministre. Parmi les entreprises dans le rouge figurent Picard Surgelés, GSK, Bull, Goodyear Dunlop, KFC, Veolia Transport ou encore... l'Agence France Presse. Souvent, ces entreprises ' assument ' de ne rien faire, a noté le ministre. Picard et GSK ont assuré prévoir d'engager en mars des négociations. Labeyrie s'est étonné de figurer dans cette catégorie alors que le groupe agroalimentaire a lancé un plan d'actions. Le Conseil d'orientation des conditions de travail examinera mercredi ces résultats ainsi qu'un rapport qui vient d'être remis au Premier ministre, soulignant la responsabilité des dirigeants et préconisant de modifier à la marge leur mode de rémunération en intégrant le niveau de santé de leurs salariés. Tous ces éléments doivent contribuer au Plan santé au travail 2010-2014, qui doit être adopté en mars. Brûlant Le problème du stress reste brûlant, comme l'illustre la tentative de suicide mardi d'un cadre de Pôle Emploi dans les locaux de la direction régionale à Ajaccio, qui a suscité une grève en Corse hier. 'Il y a une montée considérable des risques, avec la précarité grandissante ' des salariés, observe le directeur général du cabinet de conseil Technologia, Jean-Claude Delgènes. ' Cette opération médiatique ne pourra laisser les entreprises dans un repli sur soi, d'autant que ce n'est pas simplement un classement : cela peut donner une indication à un juge ' en cas de procédure pénale, a-t-il souligné. L'Anact (agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail) met en garde contre trop de précipitation, pouvant conduire à ' des accords un peu vides' ou ' sans réflexion sur la situation propre à l'entreprise.' La CFDT, qui a constitué un groupe de travail sur le stress, a observé des mesures 'inégales' selon les entreprises, les numéros verts et formations au management étant 'inefficients' selon elle, et en appelle à une analyse sur le fond des démarches. Et les mauvais élèves sont... Voici la liste des principales entreprises classées en fonction de leur 'état d'avancement' sur le chantier de la prévention du stress professionnel. Aucune société du CAC 40 n'est inscrite dans le rouge. Rouge : Adisseo, AFP, Alyzia, American Express Voyages, Association des paralysés de France, Assystem, Avis, C et A, Caterpillar, Cauval Industries, Dim, Fenwick, France Loisirs, General Motors Strasbourg, Goodyear Dunlop, Hertz, Keolis, KFC, Lu France, Ikea, Photo service, Picard Surgelés, Prisma Presse, RFI, Randstad, Secours Catholique, Siemens, Starbucks, VVF Vacances. Orange : Accor, Airbus, Altis Semiconductor, Altran, Arcelormittal France, Arkema, Bull, Capgemini, Carglass, Center Parcs, Chanel, Club Méditerranée, Conforama, Dassault aviation, Decathlon, Eiffage, Etam, Europcar, Armée du Salut, France Télécom, France Télévisions, Freescale, Hôtels Ibis, H et M, Institut Pasteur, La Banque Postale, Michelin, Monoprix, Nestlé, ED, Seb, SNCF, Sony, Total. Vert : Aéroports de Paris, Alcatel-Lucent France, Alstom, Areva, Banque de France, BNP Paribas, BPCE, hypermarchés Carrefour, Coca Cola enterprise, Danone, EDF, Darty, Eurodisney, GDF-Suez, Bosch, L'Oréal, Philips France, PSA Peugeot Citroën, RATP, Renault, Rhodia, Roche, Sanofi-Aventis, Société Générale, Sodexo, Thales, Thomson, Valeo, Yoplait. Les entreprises classées en rouge n'ont entrepris aucune démarche particulière pour prévenir le stress ou n'ont pas répondu au questionnaire soumis par le ministère du Travail. Celles en orange ont engagé une ou plusieurs réunions de négociations, celles en vert ont signé un accord de fond ou de méthode. L'intégralité de la liste est publiée sur le site travailler-mieux.gouv.fr