Privé-public : pas encore l'égalité

Publié le 17/06/2010
Les cotisations des fonctionnaires vont se rapprocher de celles du privé. Mais leur retraite reste calculée sur les 6 derniers mois.
Privé-public : pas encore l'égalité
Privé-public : pas encore l'égalité
Les cotisations des fonctionnaires vont se rapprocher de celles du privé. Mais leur retraite reste calculée sur les 6 derniers mois.

Le Républicain Lorrain, Jeudi le 17 Juin 2010 / IG
 

 

Les agents de la Fonction publique devront travailler deux ans de plus et leur taux de cotisation augmentera. Photo Anthony PICORÉ

Au nom de « l'équité », le ministre du Travail Eric Woerth a confirmé hier que le taux de cotisation des fonctionnaires allait s'aligner sur celui du privé, passant de 7,85 % actuellement à 10,55 %, sur une période de 10 ans. Selon le secrétaire d'Etat à la Fonction publique, Georges Tron, cela se traduira en moyenne par une augmentation de 6EUR par mois chaque année, pendant 10 ans.

Il s'agit « d'une baisse de salaire déguisée [...] la première depuis le gouvernement Laval de 1935 », a dénoncé Solidaires, qui promet une négociation salariale « chaude » fin juin. « Cette augmentation du taux de cotisation ne produit aucun droit nouveau pour les fonctionnaires », a souligné Brigitte Jumel (CFDT) qui n'a, elle, « pas beaucoup d'espoir » pour la négociation salariale.

Agents nés en 1951

Pour la FSU, la « baisse sensible du salaire net » sera « de l'ordre d'un jour de salaire par mois à terme ». Et si l'Unsa a jugé le relèvement du taux de cotisation « cohérent », c'est à l'employeur public de payer, « en compensant ce différentiel ».

A l'inverse, le gouvernement a considéré que le rapprochement du mode de calcul des retraites des fonctionnaires, basé sur les six derniers mois, vers celui du privé, basé sur les 25 meilleures années, n'était pas possible, « en raison des différences dans les modes de rémunération ».

Comme pour le privé, l'âge de départ en retraite des fonctionnaires est repoussé à 62 ans, à raison d'un quadrimestre par an (quatre mois). Le premier relèvement interviendra le 1er juillet 2011 pour les fonctionnaires nés en 1951, a indiqué le gouvernement.

De même, l'âge de départ anticipé pour les catégories actives, ces métiers dangereux ou pénibles qui permettaient de partir à 50 ou 55 ans, est repoussé de deux ans. « Certains policiers ou agents de la pénitentiaire ont déjà du mal à atteindre l'âge limite du fait de la pénibilité », remarque Anne Baltazar (Force ouvrière).

Dernière mesure de convergence annoncée, les règles d'obtention du « minimum garanti » de pensions, destiné aux agents avec une carrière complète à bas salaires, seront désormais les mêmes dans le public et le privé. Pour obtenir ce minimum garanti, les fonctionnaires devront avoir tous leurs trimestres ou attendre l'âge d'annulation de la décote (âge du taux plein), ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent. En revanche, le projet gouvernemental prévoit que le montant de ce minimum garanti reste inchangé, pour ne pas « baisser les pensions ».