PSA prépare le terrain

Publié le 29/06/2012
Le sort d'Aulnay et Rennes devrait être scellé avant fin juillet
PSA prépare le terrain
PSA prépare le terrain
Le sort d'Aulnay et Rennes devrait être scellé avant fin juillet

© L'Est Républicain, Vendredi le 29 Juin 2012 / France-Monde + Vosges Matin

 

Pour certains salariés du site d'Aulnay-sous-Bois de PSA Peugeot Citroën rassemblés hier à Paris devant le siège du constructeur automobile, l'espoir s'amenuise quant à l'avenir de l'usine. Photo AFP

PSA PEUGEOT CITROËN, qui va devoir prendre de nouvelles mesures d'économies, a annoncé la tenue d'un comité central d'entreprise avant fin juillet lors duquel le sort des sites d'Aulnay et Rennes devrait être scellé. Philippe Varin a expliqué lors d'un comité de groupe que « des mesures complémentaires seront nécessaires », selon un syndicaliste, alors qu'à l'extérieur du site de fabricant, un bon millier de salariés étaient mobilisés, à l'appel de la CGT, la CFDT, la CFTC, SIA (syndicat maison) et SUD

Ces syndicats estiment que la fin de « l'activité montage » de la voiture C3 à Aulnay se rapproche et que le scénario d'un terme à la fabrication de véhicules sera annoncé avant le début des congés payés imposés en août. L'annonce par la direction d'un CCE extraordinaire avant fin juillet étaye cette thèse. Le directeur industriel Denis Martin n'a pas exclu la fermeture du site d'Aulnay - qui est l'un des plus gros employeurs de Seine-Saint-Denis avec 3.000 CDI et 300 intérimaires - faisant valoir que « c'est dans le cadre d'une instance comme le CCE qu'une décision comme celle-ci peut être prise ». Ce CCE sera l'occasion d'évoquer « l'avenir de l'ensemble de nos sites industriels », a-t-il averti. « Il y a un certain nombre de dispositions à prendre vis-à-vis des autres établissements, entre autres l'établissement de Rennes mais aussi de nos autres sites industriels, de nos sites de recherche et développement ».

Les usines ne tournent pas à plein

Le président du directoire Philippe Varin a déjà préparé le terrain en recevant en début de semaine les syndicats FO et CFE-CGC et abordé avec eux les hypothèses possibles pour maintenir une activité sur le site autre que la fabrication de la C3 prévue jusqu'en 2014.

Depuis l'annonce fin février que l'Américain General Motors entrait à son capital à hauteur de 7 %, avec lequel PSA va développer des voitures en 2016, les syndicats redoutent les conséquences pour l'emploi sur l'ensemble des sites de ce rapprochement, visant à améliorer la compétitivité des deux partenaires en Europe.

Selon les syndicats, la direction pourrait annoncer aujourd'hui en comité d'entreprise à Poissy la baisse de cadence de la 208, qui permettrait une montée en puissance de la C3 sur ce site, et par ricochet une baisse du nombre de C3 produites à Aulnay.

Philippe Varin martèle depuis des mois que les usines ne tournent pas à plein en Europe et évalue le surplus à 20 %. Les surcapacités de PSA touchent surtout les segments des très petites et petites voitures, sa spécialité. Ce discours alimente les inquiétudes concernant le sort d'Aulnay-sous-Bois. Fin 2011, PSA avait annoncé un nouveau plan d'économies, après celui de 2009-2011, de 800 millions d'euros en 2012, portés désormais à un milliard et la suppression de 6.000 postes en Europe, dont 4.300 en France.