PSA

Publié le 26/07/2012
« Ce n'est pas aux salariés de payer la note»
PSA
PSA
« Ce n'est pas aux salariés de payer la note»

© L'Est Républicain, Vosges Matin, Jeudi le 26 Juillet 2012 / France-Monde

Jean-Pierre Mercier : «Des actionnaires multi-millionnaires».

« Il faut voir ce que PSA a fait de l'argent gagné en 2011 et s'il devait y avoir des mesures de prises, ce n'est pas aux salariés du groupe de payer la note» a affirmé hierJean-Pierre Mercier, délégué CGT. « Nous avons des actionnaires multi-millionnaires alors que PSA a déjà supprimé 20.000 emplois en France ces six dernières années. C'est aux actionnaires de se serrer la ceinture. Pour nous le plan Varin est toujours inacceptable ». Devant le siège, Philippe Petry, élu CFDT au CCE, a indiqué qu'il n'était pas possible de « nier la conjoncture ». Mais, a-t-il ajouté, « on attend une analyse économique pour voir si le projet de PSA est en phase avec les pertes annoncées ». Franck Don (CFTC) s'interroge lui aussi : « C'est vrai que les résultats sont négatifs, mais les mesures annoncées par PSA ne sont-elles pas disproportionnées par rapport aux résultats ? L'expertise indépendante que nous allons demander apportera les réponses ».

Garantir les véhicules jusqu'à 5 ans

Il appelle le groupe « à séparer les fonctions de directeur industriel et des relations sociales » : « Aujourd'hui, Denis Martin peut-il à la fois gérer les usines et le dialogue social'? »

Dans un communiqué, FO accuse la direction du groupe d'avoir « accumulé une série de décisions stratégiques aujourd'hui lourdes de conséquences », avec notamment de mauvais choix à l'international. « L'addition ne doit pas se régler par des licenciements mais par la refonte de nos ressources actuelles ». FO appelle les dirigeants à « des remises en cause profondes » et cite une série de changements à étudier : garantie des véhicules étendue à 5 ans au lieu de 2 ans, abandon de méthodes de gestion venues des USA et du Japon, plan de cessation d'activité pour les plus de 55 ans via un accord pénibilité.