Réactions des syndicats

Publié le 08/09/2010
Réactions des syndicats
Réactions des syndicats

L'Est Républicain, Mercredi le 08 Septembre 2010 / Ouverture France-Monde 

 
François Chérèque (CFDT)

« Il faut que le gouvernement parle vite », sinon il « organise la radicalité » et « on n'a pas d'autre solution que de continuer » la mobilisation contre la réforme des retraites.

Marcel Grignard (CFDT)

« Une nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites le 18 ou 19 septembre, ou début octobre fait partie des hypothèses », a déclaré le numéro 2 de la CFDT.

Bernard Thibault (CGT)

Il a estimé, peu avant le début de la manifestation à Paris, qu'il y avait « beaucoup plus de monde que le 24 juin » et qu'il avait « espoir que le gouvernement prenne conscience que cette réforme ne peut pas passer ».

Solidaires (SUD)

Le syndicat a appelé les autres syndicats « à décider d'une suite à la hauteur des enjeux dans les jours qui viennent » face au « passage en force » du gouvernement, estimant que la journée d'action sur les retraites a été « un succès considérable ».

Jean-Claude Mailly (FO)

Le secrétaire général de FO, s'est déclaré prêt à « d'autres initiatives (...) dans l'unité d'action » syndicale si les manifestants dépassaient deux millions.

Bernadette Groison (FSU)

La journée d'action sur les retraites «marque un virage dans le paysage social», a déclaré la secrétaire générale de la FSU, affirmant que «le gouvernement ne peut pas passer en force».

Alain Olive (UNSA)

«C'est un pari gagné» et «il faut maintenant que le gouvernement dise quelles concessions il veut faire», a estimé le secrétaire général de l'Unsa,avant la manifestation parisienne.

Bernard Van Craeynest (CGC)

«La réforme ne résout pas la question du financement»