Réactions

Publié le 26/08/2011
François Chérèque (CFDT) sur Europe 1 :
Réactions
Réactions
François Chérèque (CFDT) sur Europe 1 :

© Vosges Matin, Vendredi le 26 Aout 2011 / France

Jean-Claude Mailly (FO) sur i-Télé :

« Il va falloir prendre des décisions qui sont de différentes natures, au-delà de ce qui a été décidé. Si le chômage augmente il va bien falloir reprendre le dossier du chômage partiel, il va falloir reprendre le dossier de tous ceux par exemple qui ont leurs années de cotisations mais qui ne peuvent pas partir en retraite et tombent dans les minima sociaux, ce qu'on appelle l'allocation équivalent retraite. Donc ça veut dire qu'il va falloir remettre de l'argent d'une manière ou d'une autre.

La crise n'est pas uniquement française, elle est internationale. Il est évident que pour sortir de cette crise, tant qu'il n'y aura pas de décision prise au niveau international, on n'en sortira pas ».

François Chérèque (CFDT) sur Europe 1 :

« Le lien entre le plan du gouvernement et le chômage est assez facile à faire. [...] Hier le Premier ministre nous dit : 'nos perspectives de croissance ne sont pas bonnes, donc il faut faire un plan de rigueur', il ne nous annonce d'ailleurs aucune mesure pour l'emploi. Donc inévitablement la conséquence, c'est une augmentation du chômage et, je mets ça en lien avec la fameuse mesure sur les heures supplémentaires. Dans un pays où l'économie stagne, où le chômage augmente, quand on fait de plus en plus d'heures supplémentaires, c'est inévitablement faire le choix du chômage plutôt que de permettre à un peu plus de travailler. [...] Il faut (que le gouvernement) mette en place un soutien à l'économie [...], mette en place un fonds, financé par une partie de la suppression de l'avantage des heures supplémentaires [...] pour soutenir (notamment) les entreprises qui pour certaines vont devoir faire du chômage partiel [...].»

Alain Vidalies (Parti socialiste)

Le Parti socialiste a estimé hier que la hausse du chômage en juillet, pour le troisième mois consécutif, caractérisait « l'échec total de la politique de Nicolas Sarkozy ». Dans un communiqué, le secrétaire national du PS à l'emploi Alain Vidalies estime que ces statistiques soulignent « la gravité des fautes économiques et politiques commises ces dernières années » par le gouvernement, dont il qualifie l'action de « politique contre les Français ».

« Si la droite a laissé filer les déficits, ces derniers n'auront même pas contribué à relancer la croissance et l'emploi [...] le nombre de Français inscrits au Pôle emploi a augmenté de + 896.500 », a-t-il rappelé, alors que le chef de l'Etat avait promis une « amélioration de l'emploi ». « L'emploi n'a jamais été une priorité pour ce gouvernement. Tout juste élu, sa priorité aura été de mettre en place le paquet fiscal, multipliant de coûteux cadeaux aux plus riches, au lieu de mettre en place un véritable paquet pour l'emploi, en améliorant les salaires, la consommation et le soutien aux PME », insiste M. Vidalies.