Reichstett : l'avenir en question

Publié le 16/10/2010
Rien ne rentre, rien ne sort. La raffinerie de Reichstett aux portes de Strasbourg est bloquée depuis hier par les 260 salariés qui participent « involontairement » disent-ils au mouvement de protestation contre la réforme des retraites.
Reichstett : l'avenir en question
Reichstett : l'avenir en question
Rien ne rentre, rien ne sort. La raffinerie de Reichstett aux portes de Strasbourg est bloquée depuis hier par les 260 salariés qui participent « involontairement » disent-ils au mouvement de protestation contre la réforme des retraites.

© L'Est Républicain, Samedi le 16 Octobre 2010 / France-Monde


Inquiets de la mise en vente de la raffinerie alsacienne les salariés ont bloqué le site. Photo Alexandre MARCHI

 

Car leurs revendications sont différentes. Ils veulent obtenir des informations « sur l'avenir de leur site mis en vente par le groupe suisse PétroPlus depuis avril 2010 » explique Dimitri Capart, élu CGT du comité d'entreprise. « On ne sait rien. Nous voulons savoir si la raffinerie sera vendue ou simplement fermée. » PétroPlus appartient actuellement à un fonds de pension dont l'américain Carlyle est majoritaire.

Hier matin, à l'appel de l'intersyndicale CGT CFDT FO des groupes de salariés se sont relayés devant l'entrée pour empêcher tout chargement de camions. Le site est approvisionné par pipeline depuis Fos-sur-Mer. Chaque année, 4 millions de tonnes de carburants sont traitées ici et revendues sous forme de produits finis : propane, butane, essence, gasoil, fuel, bitume.

En fin d'après-midi, au nom de l'intersyndicale, Jean-Luc Bildstein annonçait aux grévistes que la direction avait décidé d'arrêter la production. Un comité d'entreprise extraordinaire est convoqué pour jeudi avec, à l'ordre du jour : « l'avenir du site de Reichstett ». M. G.