Réorganisations : La Poste lâche du lest

Publié le 13/04/2012
La direction de La Poste a présenté hier dix mesures concrètes visant à améliorer le quotidien des salariés et lâché du lest sur les réorganisations, provoquant une fissure du front syndical qui s'exprimait d'une même voix depuis le suicide récent de deux cadres.
Réorganisations : La Poste lâche du lest
Réorganisations : La Poste lâche du lest
La direction de La Poste a présenté hier dix mesures concrètes visant à améliorer le quotidien des salariés et lâché du lest sur les réorganisations, provoquant une fissure du front syndical qui s'exprimait d'une même voix depuis le suicide récent de deux cadres.

© Le Républicain Lorrain, Vendredi le 13 Avril 2012 / IG /

 

Les syndicats posaient comme préalable aux négociations dans le cadre d'un « Grand dialogue » lancé par le PDG Jean-Paul Bailly après le suicide des deux salariés, le 29 février et le 11 mars, une pause dans les réorganisations jusqu'à la remise d'un rapport sur les conditions de travail. Ce rapport, confié à une Commission dirigée par Jean Kaspar, l'ancien secrétaire général de la CFDT, doit être remis en septembre.

Faute d'obtenir gain de cause sur cet arrêt des réorganisations, qu'elles jugent à l'origine d'un mal-être à la Poste, les organisations avaient toutes claqué la porte de la dernière réunion le 5 avril.

Hier, la direction ne s'est pas engagée sur une échéance, mais a indiqué que les réorganisations seraient suspendues au-delà du 30 avril, date initialement fixée, ont rapporté les syndicats. Parmi les dix mesures annoncées et à effet « immédiat », La Poste indique, sans plus de précisions, qu'« aucune nouvelle réorganisation n'est mise en oeuvre jusqu'à ce que le protocole de conduite du changement que La Poste souhaite partager avec les syndicats soit finalisé ». La Poste prévoit également de consacrer 20 millions d'euros à l'amélioration de la vie au travail, promet 1 000 recrutements supplémentaires en 2012 et un délai « d'au moins deux ans » entre deux réorganisations, contre 18 mois actuellement. Bailly s'était engagé à présenter des mesures concrètes avant la fin du mois pour les 240 000 employés de La Poste.

Les syndicats ont déploré le caractère « unilatéral » des mesures et interprété de façons diverses les engagements de la direction. Selon Gaëlle Differ, responsable SUD, deuxième syndicat à la Poste face à ces propositions inattendues, la situation a été « un peu houleuse ». A l'issue d'une suspension de séance, il a été décidé de retourner dans la salle, d'écouter les propositions puis de quitter les lieux, ce qu'ont fait la CGT, SUD et la CFDT, représentant environ 70 % des voix aux dernières élections. Mais FO, la CGC-Unsa et la CFTC, sont restées.