Rétablissement d'une allocation pour les chômeurs seniors avant la retraite

Publié le 04/10/2011
L'allocation équivalent retraite (AER), qui s'appellera désormais allocation transitoire de solidarité (ATS), va être rétablie pour les chômeurs de plus 60 ans ayant suffisamment cotisé pour la retraite sans avoir l'âge légal, mesure jugée insuffisance par les syndicats.
Rétablissement d'une allocation pour les chômeurs seniors avant la retraite
Rétablissement d'une allocation pour les chômeurs seniors avant la retraite
L'allocation équivalent retraite (AER), qui s'appellera désormais allocation transitoire de solidarité (ATS), va être rétablie pour les chômeurs de plus 60 ans ayant suffisamment cotisé pour la retraite sans avoir l'âge légal, mesure jugée insuffisance par les syndicats.

© Vosges Matin, Mardi le 04 Octobre 2011 / France

Le dispositif, qui s'éteindra en 2014, bénéficiera aux chômeurs nés entre juillet 1951 et décembre 1953, avec un effet rétroactif au mois de juillet, a annoncé hier le ministre du Travail Xavier Bertrand, sur RMC et BFM-TV. Il devrait concerner 11 000 personnes. Le décret sera publié « dans les semaines qui viennent » et le coût de la mesure, évalué à 30 millions d'euros jusqu'en 2014, sera entièrement « assumé » par l'Etat, a souligné le ministre.

L'ATS permettra donc à ces chômeurs de toucher au total environ 1 000 euros par mois avant de pouvoir liquider leur retraite. Aux chômeurs de plus 60 ans qui reçoivent encore une indemnisation, mais inférieure à 1 000 euros, l'Etat versera la différence, ce qui portera à 40 millions d'euros le coût total de l'ATS, selon le ministère.

Un « premier pas insuffisant »

Laurent Berger de la CFDT s'est réjoui auprès de l'AFP de ce « rétablissement partiel » de l'AER, mais a estimé que ce « premier pas est insuffisant et doit être suivi d'autres ». Il a demandé au gouvernement « d'aller plus loin » pour un rétablissement total de l'AER, qui concernait aussi les chômeurs de moins de 60 ans.

« Il s'agit de la justice sociale », selon lui, puisque les chômeurs sans indemnisation, qui ont cotisé suffisamment mais ont moins de 60 ans, « se trouvent avec des minima sociaux ». « C'est la double peine pour ceux qui ont commencé à travailler tôt. »

Dans un communiqué, la CGT a dénoncé un « dispositif d'enfumage et de communication destiné à faire croire que le gouvernement se préoccupe des conséquences abruptes de la réforme des retraites pour les demandeurs d'emploi âgés ». La centrale demande « le rétablissement de l'AER pour l'ensemble des demandeurs d'emplois âgés jusqu'au moment de l'ouverture des droits à la retraite ».

Pour la CFTC non plus « le compte n'y est pas ». « Il est inconcevable qu'après avoir travaillé tous leurs trimestres, une partie de nos seniors ne puisse pas commencer leur retraite dans la dignité », affirme-t-elle dans un communiqué.