Retraites : combien d'années en plus ?

Publié le 26/05/2010
L'UMP a brisé hier le tabou de la retraite à 60 ans en soutenant "très clairement" un recul de l'âge de départ, sans toutefois avancer le moindre chiffre, et en affichant le souci de laisser la place à la "concertation" avec les partenaires sociaux.
Retraites : combien d'années en plus ?
Retraites : combien d'années en plus ?
L'UMP a brisé hier le tabou de la retraite à 60 ans en soutenant "très clairement" un recul de l'âge de départ, sans toutefois avancer le moindre chiffre, et en affichant le souci de laisser la place à la "concertation" avec les partenaires sociaux.

Mercredi 26 Mai 2010, © Vosges Matin / FAIT DU JOUR / FAIT-DU-JOUR
 

Le gouvernement a décidé de repousser l'âge légal de départ à la retraite mais n'a pas encore déterminé à quelle limite il le fixerait. (Photo d'archives J.H.)
Erix Woerth présentera son projet autour du 20 juin.
Xavier Bertrand a réaffirmé hier, sans avancer de chiffres, que pour sauver les retraites, il faudrait 'accepter de travailler un peu plus longtemps'. (Photo AFP)
La retraite à 60 ans est bien dans le viseur : le gouvernement a décidé de toucher à l'âge légal de départ, le paramètre le plus sensible politiquement, sans être clairement démentie par l'exécutif. Sera-t-il repoussé à 61, 62 ou 63 ans dans le cadre de la réforme en préparation ? ' Le curseur' n'a pas encore été arrêté, selon une source proche du dossier. Cela faisait déjà plusieurs jours que le conditionnel n'est plus de mise quand était évoquée la piste de l'âge légal. A deux jours d'une journée de grèves et manifestations, le gouvernement a rappelé hier que le projet serait présenté 'autour du 20 juin'. 'Ne croyez pas que les choses soient verrouillées', a lancé le ministre du Travail Eric Woerth devant la convention de l'UMP sur les retraites. Mais ni l'Elysée ni Matignon n'ont souhaité démentir officiellement que le gouvernement avait pris la décision de toucher à l'âge légal. Soucieux de ne pas être accusé d'avoir bouclé sa réforme avant la fin de la concertation, François Fillon a invité son camp à rester prudent dans le débat, en particulier jusqu'au congrès de la CFDT, prévu du 7 au 11 juin. 'On doit rester ouverts pendant plusieurs semaines' , a-t-il déclaré lors d'une réunion avec les députés UMP. Outre l'âge légal, la source consultée par l'AFP a ajouté qu'une autre piste ' vraiment sur la table' était la hausse des cotisations des fonctionnaires. Pour le reste (allongement de la durée de cotisation, recettes nouvelles,..), ' il n'y a pas de piste aboutie'. La décision de repousser l'âge légal ne résume donc pas la future réforme, mais parmi les pistes en débat, c'est la plus sensible. Elle fédère contre elle la quasi-totalité des syndicats. ' Jeudi, il faut absolument que l'ampleur des manifestations, des arrêts de travail, mette un coup d'arrêt ' au gouvernement, a lancé le dirigeant de la CGT, Bernard Thibault (lire par ailleurs). 'Minimum 62 ans' La retraite à 60 ans est aussi la pierre angulaire du contre-projet du PS de Martine Aubry, qui s'est engagée à revenir sur cette 'mesure idéologique' en cas de victoire en 2012. Plusieurs membres de l'UMP ont appuyé hier le choix de revenir sur cet héritage de François Mitterrand. Le président du Sénat Gérard Larcher a invoqué les exemples étrangers : ' Quand on est à 67 ans en Allemagne à l'horizon 2027, 2030 c'est qu'on s'est bien posé la question de l'expérance de vie'. 'A titre personnel, 62 ans me semble un minimum', a lancé le député Arnaud Robinet, secrétaire national chargé du dossier des retraites à l'UMP. Financièrement, le recul de l'âge légal est une mesure plus intéressante à court terme que l'allongement de la durée de cotisation. Les chiffrages du Conseil d'orientation des retraites (Cor) montrent que le recul progressif à 63 ans permettrait de couvrir 50 % des besoins de financement des retraites du privé à l'horizon 2030. Pour ses partisans, la mesure aura aussi un effet bénéfique pour l'emploi des seniors : en ancrant dans les esprits qu'on travaille après 60 ans, salariés et entreprises ne considéreraient plus qu'on est en fin de course à 55 ans. À l'inverse, les syndicats et l'opposition font valoir le coût social de la mesure. Pour la députée PS Marisol Touraine, la retraite à 60 ans ' c'est assurément une protection pour ceux qui ont commencé à travailler jeunes et ne sont franchement pas parmi les plus riches dans notre pays'. Reculer l'âge légal, pour les détracteurs de la mesure, ne ferait que prolonger le chômage des seniors, qui sont une minorité à être dans l'emploi quand ils liquident leur pension.