Retraites complémentaires : FO et la CFTC en arbitres

Publié le 24/03/2011
La validation du projet d'accord sur les retraites complémentaires du secteur privé, âprement discuté entre partenaires sociaux, semble possible, malgré l'opposition ferme de la CGT et de la CFE-CGC, mais l'attitude de FO et de la CFTC sera déterminante.
Retraites complémentaires : FO et la CFTC en arbitres
Retraites complémentaires : FO et la CFTC en arbitres
La validation du projet d'accord sur les retraites complémentaires du secteur privé, âprement discuté entre partenaires sociaux, semble possible, malgré l'opposition ferme de la CGT et de la CFE-CGC, mais l'attitude de FO et de la CFTC sera déterminante.

Vosges Matin, Jeudi le 24 Mars 2011 / France / PARIS
 

Les centrales syndicales, qui doivent donner leur réponse la semaine prochaine, sont divisées sur le texte proposé par le Medef pour réduire les déficits naissants des régimes Agirc (cadres) et Arrco (tous salariés).

Un climat très éloigné de l'unité intersyndicale affichée l'an dernier lors du mouvement social contre la réforme gouvernementale du régime général des retraites. Seule la CFDT s'est déclarée prête à signer, mais elle attend de voir ce que vont faire les autres. En cas de signature de seulement un ou deux syndicats, l'accord avec le Medef peut être récusé si trois autres syndicats s'y opposent.

Cette opposition pourrait venir de deux autres organisations, la CGT et le syndicat des cadres CFE-CGC. Parfois assez éloignés, les deux syndicats se retrouvent dans la défense de la caisse des cadres Agirc. Ils accusent le Medef et la CFDT de vouloir la dissoudre à terme dans l'Arrco.

« Le fait que la CGT et la CGC se retrouvent sur la même ligne devrait interpeller », a déclaré Danièle Karniewicz, négociatrice de la CFE-CGC. « Il se passe quelque chose d'important, car nous sommes habituellement dans la majorité de gestion », a-t-elle ajouté. De fait, contrairement à la CGT, la CFE-CGC signe habituellement les accords Agirc-Arrco et assure d'ailleurs la présidence de l'Agirc.

Selon Mme Karniewicz, le patronat veut pousser les cadres à se tourner vers les assurances privées pour compléter la baisse du rendement de leur retraite complémentaire (50 à 60 % du total de leur retraite) et la CFDT ne s'y oppose pas, car une certaine redistribution financière contenue dans le texte profite aux petites retraites Arrco.