Retraites : l'assurance chômage va trinquer

Publié le 29/09/2010
Le relèvement de l'âge légal de départ à la retraite se traduira mécaniquement par une hausse du nombre de chômeurs.
Retraites : l'assurance chômage va trinquer
Retraites : l'assurance chômage va trinquer
Le relèvement de l'âge légal de départ à la retraite se traduira mécaniquement par une hausse du nombre de chômeurs.

Le Républicain Lorrain, Mercredi le 29 Septembre 2010 / IG
 

 

Les scénarios de l'Unedic comportent une grande inconnue : la situation de l'emploi dans les années à venir. Photo Julio PELAEZ

La réforme des retraites pourrait générer un surcoût s'élevant, au plus, à 1,44 milliard d'euros sur la période 2015-2017 pour l'assurance chômage, selon une note de l'Unedic.

Cette note se base sur le relèvement progressif de l'âge de départ à la retraite de 60 à 62 ans, et de 65 à 67 ans pour l'annulation de la décote, entre 2011 et 2018, avec deux scénarios : un taux d'emploi à 60 ans et plus inchangé entre 2010 et 2018, ou gagnant un point sur la même période.

Dans les deux cas, « le surcoût financier sur les allocations chômage est nul pour l'Unedic jusqu'en 2014, compte tenu de la progressivité de la réforme ».

Avec un taux d'emploi à 60 ans et plus inchangé par rapport à la situation actuelle, le surcoût « est estimé à 1,44 milliard d'euros sur la période 2015-2017 (230 millions d'euros en 2015, 480 millions d'euros en 2016, 730 millions d'euros en 2017) », précise l'Unedic.

Quant à la recette « correspondant à des contributions supplémentaires », elle « n'existera pour l'Unedic qu'à partir de 2017 et est estimée à environ 200 millions d'euros par an à partir de 2017 ».

La CFDT a réagi en indiquant avoir « déjà souligné le mauvais équilibre financier de la réforme des retraites ». « L'étude de l'Unedic fait en plus apparaître un important transfert de charges vers l'assurance chômage. Ce coût supplémentaire reposerait uniquement sur les cotisations des salariés et des entreprises », poursuit-elle.