Retraites : le samedi 16 s'ajoute au mardi 12

Publié le 09/10/2010
Alors que le sénat a voté hier soir le report de 60 à 62 ans, les syndicats ont décidé d'accélérer le rythme des mobilisations contre la réforme des retraites en convoquant pour le samedi 16 octobre une cinquième journée d'action depuis la rentrée, quatre jours seulement après celle prévue mardi prochain.
Retraites : le samedi 16 s'ajoute au mardi 12
Retraites : le samedi 16 s'ajoute au mardi 12
Alors que le sénat a voté hier soir le report de 60 à 62 ans, les syndicats ont décidé d'accélérer le rythme des mobilisations contre la réforme des retraites en convoquant pour le samedi 16 octobre une cinquième journée d'action depuis la rentrée, quatre jours seulement après celle prévue mardi prochain.

© Vosges Matin, Samedi le 09 Octobre 2010 / France 
 
Au cours des deux derniers jours, des lycéens ont organisé des défilés. (Photo PQR) 

L'intersyndicale, qui s'est réunie hier au siège de l'Unsa (autonome) à Bagnolet, tente ainsi de ne pas se laisser distancer par le Sénat qui a adopté dès hier le recul de l'âge de la retraite de 60 à 62 ans, la mesure-clé de la réforme gouvernementale avec le report de 65 à 67 ans pour une retraite à taux plein.

Les syndicats ont décidé de rééditer la « mobilisation intergénérationnelle » du 2 octobre, un samedi, qui avait permis à une population généralement absente des cortèges (familles, salariés des PME, etc.) de manifester (près de trois millions en tout, selon la CGT, moins de 900 000 selon le gouvernement).

L'objectif est « d'avoir la plus grande masse de salariés en mouvement », a expliqué le numéro deux de la CFDT Marcel Grignard, pour qui « depuis la rentrée, c'est probablement cinq à six millions de gens » qui ont battu le pavé.

« C'est dans les jours qui viennent que les choses vont se jouer. Il faut donc élever le rapport de force », a commenté Annick Coupé, de Solidaires (syndicats SUD et autres). « C'est une accélération de la riposte », a complété la secrétaire générale de la FSU, Bernadette Groison.

Tous les syndicats ont cosigné un communiqué, sauf la CFE-CGC, qui réserve sa réponse sur le 16 octobre, et FO qui réclame comme mot d'ordre commun le « retrait » de la réforme. Ils soulignent que leur « détermination reste intacte » pour gagner. « Les scénarios ne sont pas du tout écrits », a jugé le numéro deux de l'Unsa Jean Grosset. Selon Nadine Prigent (CGT), « toutes les informations nous annoncent une très forte journée de grèves et de manifestations » mardi prochain. FO veut en faire « une grève interprofessionnelle de 24 heures » permettant aux salariés de décider ensuite ensemble comment poursuivre la lutte, selon Pascal Pavageau.