Retraites : Les différentes forces en présence

Publié le 12/04/2010
A la différence du patronat, tous les syndicats sont hostiles à un complément de retraite individuelle par capitalisation.
Retraites : Les différentes forces en présence
Retraites : Les différentes forces en présence
A la différence du patronat, tous les syndicats sont hostiles à un complément de retraite individuelle par capitalisation.

Lundi 12 Avril 2010, © Vosges Matin / FAIT DU JOUR / FAIT-DU-JOUR

CGT : pour son secrétaire général Bernard Thibault, 'le premier sujet c'est l'emploi : avec un taux de chômage proche de zéro, on aurait résolu quasiment la moitié du problème des retraites' . Au 49e congrès (Nantes, décembre 2009), la CGT a pris position pour 'arrêter la spirale de l'allongement de la durée de cotisation'. Elle revendique 'un socle commun de haut niveau de droits et de garanties reconnaissant la pénibilité des métiers, garantissant l'ouverture des droits à 60 ans, un taux de remplacement d'au moins 75% et l'indexation sur les salaires'. Pour la CGT, ' assurer le financement des retraites demande un autre partage des richesses': élargissement de l'assiette des cotisations (demandé par l'ensemble des syndicats), suppression des exonérations de cotisations sociales patronales, taxation des revenus financiers.. CFDT : comme les autres syndicats, elle est hostile à un recul de l'âge légal de départ, qui 'pénalise ceux qui ont commencé à travailler jeunes, souvent des ouvriers', et à une baisse des pensions. ' Les deux seuls paramètres qui peuvent augmenter sont la durée de cotisation et le taux de cotisation' (avant-projet de résolution du congrès de juin 2010). Elle veut 'généraliser l'accès à une épargne retraite collective'. François Chérèque détaille 'pas moins de six inégalités à réduire: celle des salariés contraints de cotiser plus longtemps que les autres, celle des métiers dont la conséquence est une espérance de vie plus courte, celle entre hommes et femmes, celle des polypensionnés, qui additionnent plusieurs pensions, mais minimes, celle des salariés ayant eu des carrières plates -sans progression-, et enfin, les précaires'. FO refuse tout allongement de la durée de cotisation ( '40 ans, c'est déjà trop!' ) et veut le maintien de toutes les spécificités du régime de retraite des fonctionnaires (calcul de la pension sur les six derniers mois de salaire, notamment) et des régimes particuliers. Pour financer les retraites, Force ouvrière prône une augmentation des cotisations, 'tant salariales que patronales', la taxation des dividendes et plus-values de cessions d'actions, la compensation par l'Etat, auprès de la Caisse vieillesse, des exonérations de cotisations sociales patronales. Elle revendique aussi ' l'augmentation des salaires', génératrice de ressources supplémentaires pour les retraites. CFE-CGC : elle n'est ' pas contre' le report de l'âge légal s'il y a ' des contreparties', comme la possibilité de partir plus tôt 'pour ceux qui ont commencé à travailler tôt'. 'Autorisons le départ pour tous au bout de 41 ans en 2012 . Réglons le dossier pénibilité. Travaillons pour parvenir au plein emploi', affirme son président Bernard van Craeynest. Financement: créer ' une cotisation sociale sur la consommation'. CFTC : élargir le financement ' à tous les revenus: revenus du capital, retraites-chapeaux, stock-options, taxation des bénéfices non réinvestis'. A cette condition, elle est 'prête à discuter' d'une hausse de la CSG ou des cotisations. 'Pas question d'un report de l'âge', 'Pour une retraite à la carte dès l'âge de 60 ans pour ceux qui ont la durée de cotisation actuellement requise'. Medef : selon Laurence Parisot, 'il faut changer l'âge légal de départ à la retraite'. Garantir le financement des retraites imposerait de le fixer à '63 ans et demi, à partir de 2012'. Le régime par répartition doit être 'complété par un système de retraite par capitalisation'. Augmenter les cotisations 'alourdirait à nouveau les charges des entreprises et réduirait le salaire net des salariés'. La CGPME penche pour 'un panel de solutions' . Elle n'es t 'ni pour, ni contre un report de l'âge légal, il faut regarder' , l'allongement de la durée d'activité ' est une piste' , 'il faut prévoir une épargne collective par capitalisation, genre Préfon' (régime de prévoyance de la Fonction publique).