Retraites : nouvelles manifestations aujourd'hui

Publié le 02/10/2010
Le secrétaire général de la CFDT François Chérèque attend « entre deux ou trois millions » de manifestants samedi contre le projet de réforme des retraites, avec, par rapport aux précédentes journées de grèves et manifestations en semaine, une « nouvelle population ».
Retraites : nouvelles manifestations aujourd'hui
Retraites : nouvelles manifestations aujourd'hui
Le secrétaire général de la CFDT François Chérèque attend « entre deux ou trois millions » de manifestants samedi contre le projet de réforme des retraites, avec, par rapport aux précédentes journées de grèves et manifestations en semaine, une « nouvelle population ».

© Vosges Matin, Samedi le 02 Octobre 2010 / France / PARIS
 
Le patron de la CFDT, François Chérèque attend « entre deux ou trois millions » de manifestants. (Photo : PQR) 

« Samedi (aujourd'hui, Ndlr), il va se passer quelque chose qui ne s'est pas encore passé [...] L'objectif est de faire le même niveau, mais on aura une nouvelle population qui viendra plus en famille, en quartiers [...]. Le gouvernement doit être très, très attentif », a-t-il dit sur RTL.

Le débat sur la réforme des retraites commence mardi au Sénat, et selon M. Chérèque, « les sénateurs sont très attentifs à ce qu'on dit et ce qu'on va faire ».

« On voit bien queles choses changent »

D'après lui, « les personnes qui ne peuvent pas venir manifester en semaine parce qu'elles travaillent dans les petites entreprises et n'ont pas les moyens de s'arrêter, seront dans la rue ».

« A force de faire des manifestions, on a toujours le même soutien populaire » et « on voit bien que les choses changent » car « des députés, en particulier des femmes, disent qu'elles ne revoteront pas le texte », a-t-il estimé.

Interrogé sur les chiffres police/syndicats sur le nombre de manifestants, M. Chérèque a proposé qu''un organe de presse, pourquoi par RTL ou un journal, décide de compter », soulignant que cela pose moins de problème en Belgique ou en Espagne.

M. Chérèque multiplie les propositions pour sortir de l'impasse, notamment celle de reporter à 2015 le vote de ce que la CFDT considère « la mesure la plus contestée » de la réforme, le report à 67 ans de la retraite à taux plein.

« Cela nous paraît normal, comme il va y avoir un débat national totalement démocratique avec les élections présidentielles qu'une nouvelle majorité puisse confirmer ou pas (cette mesure), après avoir étudié la situation des femmes et des travailleurs précaires », a-t-il exposé. Selon lui, cette proposition a l'avantage de « ne pas poser de problème financier à la réforme ».

« Je fais mon travail de syndicaliste jusqu'au bout », a-t-il ajouté, mais « tout le monde est en train de devenir nerveux », parce que « rien ne vient » sur les « marges de manoeuvre » dont parlait le gouvernement au début.