Révolution nantaise à la CFDT

Publié le 07/06/2010
Les cédétistes qui entrent en congrès ce lundi à Tours vont reconduire François Chérèque à leur tête.
Révolution nantaise à la CFDT
Révolution nantaise à la CFDT
Les cédétistes qui entrent en congrès ce lundi à Tours vont reconduire François Chérèque à leur tête.

Le Républicain Lorrain, Lundi le 07 Juin 2010 / IG /
 

 

Mais derrière cette stabilité se profile une petite révolution en la personne du dauphin officieux, Laurent Berger. Ce conseiller d'orientation de 40 ans est l'ancien patron de l'Union régionale des Pays-de-Loire qui, longtemps, cultiva un particularisme farouche. Jusqu'à Laurent Berger l'année dernière, aucun de ses dirigeants, mêmes les très emblématiques Gilbert Declercq ou Jean Monnier, n'a jamais accepté de « monter » à Paris pour y devenir permanent confédéral. Un fond de défiance bretonne vis-à-vis de la capitale, alliée à une méfiance chrétienne à l'égard du pouvoir, le tout enrobé d'une culture anarcho-syndicaliste propre à la région, avait conduit les Pays-de-Loire à garder pour eux leurs meilleurs dirigeants. Laurent Berger rompt avec la tradition et pas pour du beurre nantais.