Salariés de Fessenheim ce matin chez Hollande

Publié le 19/03/2012
Des représentants syndicaux de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) seront reçus aujourd'hui par le candidat PS à l'Elysée, François Hollande, à son siège de campagne à Paris.
Salariés de Fessenheim ce matin chez Hollande
Salariés de Fessenheim ce matin chez Hollande
Des représentants syndicaux de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) seront reçus aujourd'hui par le candidat PS à l'Elysée, François Hollande, à son siège de campagne à Paris.

© Le Républicain Lorrain, Vosges Matin, Lundi le 19 Mars 2012 / Région

 

Deux personnes par syndicat (CGT, FO, CFDT, CFE-CGC) participeront à la rencontre, a affirmé Jean-Luc Cardoso, délégué syndical CGT. Seront également du voyage, a-t-il précisé, « une quarantaine de salariés », pour « montrer que le personnel (les) soutient ».

Selon l'entourage de M. Hollande, la rencontre « avec l'intersyndicale » est prévue ce matin à 11h au QG, avenue de Ségur (VIIe arrondissement).

Les syndicats ont, à plusieurs reprises, demandé à rencontrer M. Hollande, qui a annoncé son intention, s'il est élu, de fermer au cours du quinquennat la doyenne des centrales nucléaires en raison de son ancienneté et de son implantation sur une zone sismique.

Ils entendent le convaincre que la centrale nucléaire est sûre, et qu'elle ne doit pas « être sacrifiée sur l'autel d'alliances électorales », selo les termes d'une lettre adressée au candidat le 17 janvier.

M. Hollande avait promis le 27 février, sur TF1, de rencontrer les salariés de Fessenheim et leurs représentants, assurant que la fermeture n'aurait pas de conséquences pour l'emploi.

Sarkozy veut la maintenir

« Cette décision ne doit pas avoir de conséquences sociales. Par ailleurs, il faut prévoir une substitution partielle en matière de production électrique. C'est un sujet qui doit être traité sérieusement, socialement et techniquement », a précisé dans Les Echos, lundi dernier, François Brottes, responsable énergie dans l'équipe de campagne de François Hollande.

La centrale emploie environ 650 agents EDF, et près de 220 prestataires permanents.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné en janvier son feu vert à la poursuite de l'exploitation de la centrale. Le Président Nicolas Sarkozy, en visite à Fessenheim, le 9 février, a confirmé l'intention du gouvernement de poursuivre l'exploitation.