Sanofi France : nouveau traitement de choc

Publié le 06/07/2012
Sanofi a annoncé hier une réorganisation dans la recherche, la production de vaccins et les fonctions support, sans préciser son impact sur les effectifs.
Sanofi France : nouveau traitement de choc
Sanofi France : nouveau traitement de choc
Sanofi a annoncé hier une réorganisation dans la recherche, la production de vaccins et les fonctions support, sans préciser son impact sur les effectifs.

© Le Républicain Lorrain, Vendredi le 06 Juillet 2012 / IG /

 

 

Les annonces ont été faites au siège parisien du groupe. Photo AFP

Le groupe pharmaceutique Sanofi, l'une des valeurs phare du CAC 40, s'est dit en quête d'une meilleure compétitivité, alors qu'un nouveau plan de 2 milliards d'euros d'économies d'ici à 2015 avait été annoncé en début d'année, dans la foulée de celui d'un même montant réalisé entre 2009 et 2011 où 4 000 emplois ont été supprimés.

Les axes de cette réorganisation ont été abordés hier lors d'un comité de groupe au siège de Gentilly (Val-de-Marne), mais il n'y a pas eu d'annonce précise sur l'emploi. «A ce stade, ce serait prématuré», a affirmé Christian Lajoux, le président de Sanofi France mettant en avant «une démarche stratégique». En l'absence de «plan finalisé», M. Lajoux a renvoyé à septembre le début de discussions plus précises.

Mais la CFDT, premier syndicat du groupe qui compte environ 28 000 salariés en France, a estimé que 1 200 à 2 500 postes pourraient disparaître dans les réorganisations envisagées.

Les syndicats ont fait part de leurs fortes inquiétudes pour les salariés de la recherche (amont) à Toulouse et Montpellier, qui seraient directement visés par cette restructuration.

Pour le site de Toulouse, la direction envisage «une sortie du groupe» aux contours incertains (cession, fermeture?). Pour Gérard Falquet, délégué CGT, «c'est une déception sans nom puisqu'à aucun moment, nous n'avons eu le sentiment qu'on allait disparaître du groupe».

A Montpellier aussi, la recherche amont (200 des 1 100 salariés) devrait disparaître. Sanofi France veut aussi revoir sa production de vaccins humains (Sanofi Pasteur), actuellement concentrée en région lyonnaise et en Normandie.

Selon Patrick Parisy, élu FO, Sanofi veut mettre en place une large palette d'outils pour gérer les conséquences sur l'emploi: congé anticipé d'activité ('pré-retraite'), départs volontaires, mobilité interne, plans de formation.