SeaFrance : la CFDT cible de critiques

Publié le 06/01/2012
La CFDT nationale se désolidarise de la branche SeaFrance, qui souhaite toujours monter un projet de reprise, à sa manière.
SeaFrance : la CFDT cible de critiques
SeaFrance : la CFDT cible de critiques
La CFDT nationale se désolidarise de la branche SeaFrance, qui souhaite toujours monter un projet de reprise, à sa manière.

© Le Républicain Lorrain, Vendredi le 06 Janvier 2012 / IG /

 

 

Thierry Mariani et Nathalie Kosciusko-Morizet se demandent si la CFDT veut « sauver des emplois ». Photo AFP

Le sauvetage de SeaFrance, filiale de la SNCF menacée de cessation d'activité, s'enlise. « Nous attendons le business plan de l'équipe qui doit porter la coopérative ouvrière (Scop) », a déclaré hier Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie et des Transports. Le document doit être rendu ce soir par les représentants de la CFDT SeaFrance (CFDT maritime Nord), qui eux, en ont une nouvelle fois appelé au président de la République.

Ce qui fait dire au ministre des Transports Thierry Mariani : « On a apporté tous les éléments pour que le projet puisse être déposé » mais on se demande « si la volonté de sauver les emplois est réelle ».

Une réunion de salariés non-syndiqués de SeaFrance est d'ailleurs prévue cet après-midi à Calais pour constituer un « collectif » représentant une voix différente de celle des porteurs du projet de Scop.

« Erreur grave »

D'un autre côté, pour la première fois, la CFDT nationale a exprimé son désaccord avec les responsables CFDT de SeaFrance. La confédération leur reproche de n'avoir « pas voulu examiner d'autres projets dont ceux de LDA-DFDS », Louis-Dreyfus Armateurs et la compagnie danoise DFDS. « C'est une erreur grave, il y avait des possibilités de sauvegarder un maximum d'emplois », selon la confédération qui assure « continuer d'oeuvrer pour que LDA maintienne son offre de reprise ».

Le projet du syndicat de SeaFrance suppose que les juges prononcent la cession de SeaFrance à la Scop, et non sa liquidation définitive, solution prônée par Nicolas Sarkozy. Les porteurs de Scop placent leurs espoirs dans la création d'une société d'économie mixte par l'Etat et des collectivités locales.

De son côté, le président de la SNCF Guillaume Pepy a proposé de reclasser dans l'entreprise « l'ensemble des salariés » de SeaFrance.