SeaFrance Navires bloqués - La CFDT attaque en justice

Publié le 19/11/2011
LE TRIBUNAL de grande instance (TGI) de Paris examinera mardi midi le référé déposé par la CFDT, syndicat majoritaire de la compagnie SeaFrance, pour faire repartir les ferries de la compagnie, toujours bloqués à quai hier, a-t-on appris de leurs avocats.
SeaFrance Navires bloqués - La CFDT attaque en justice
SeaFrance Navires bloqués - La CFDT attaque en justice
LE TRIBUNAL de grande instance (TGI) de Paris examinera mardi midi le référé déposé par la CFDT, syndicat majoritaire de la compagnie SeaFrance, pour faire repartir les ferries de la compagnie, toujours bloqués à quai hier, a-t-on appris de leurs avocats.

© L'Est Républicain, Samedi le 19 Novembre 2011 / France-Monde 
 
Malgré la liquidation judiciaire avec poursuite de l'activité,les ferries de la compagnie sont toujours bloqués à quai. Photo pqr 

Astreinte d'un million d'euros

« Il y a une audience mardi à midi devant le TGI de Paris », a déclaré Me Philippe Brun, l'avocat du syndicat, qui avait dénoncé hier un « lock-out » et une « politique de la terre brûlée » pour SeaFrance, confronté à de graves difficultés financières.

La CFDT maritime Nord et la Scop (société coopérative et participative) candidate à la reprise de la compagnie assignent SeaFrance, ses administrateurs et la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) qui gère le port.

Les avocats prévoyaient d'assigner le préfet et le ministre des transports, mais l'huissier a constaté sur place que les forces de l'ordre ne faisaient « plus physiquement obstacle à l'accès des salariés », selon Me Nathalie Campagnollo. En revanche, « SeaFrance a donné comme instruction à la CCI de désactiver tous les badges » des marins, les empêchant ainsi de travailler, a-t-elle affirmé.

Les avocats demandent à la justice de permettre aux salariés de pouvoir réintégrer leur poste de travail, sous astreinte d'un million d'euros par jour de retard.