Sénat : le projet de loi sur les retraites va se poursuivre

Publié le 16/09/2010
1.153 amendements et trois motions ont été déposés. Et ce n'est pas fini !
Sénat : le projet de loi sur les retraites va se poursuivre
Sénat : le projet de loi sur les retraites va se poursuivre
1.153 amendements et trois motions ont été déposés. Et ce n'est pas fini !

L'Est Républicain, Jeudi le 16 Septembre 2010 / Ouverture France-Monde

 

Le projet de loi sur les retraites va se poursuivre au Sénat : 1153 amendements et trois motions ont été déposés sur le texte.

Le vote du projet de loi portant réforme des retraites, hier par l'Assemblée, ne met fin ni au débat ni à la contestation. Le Sénat, où l'UMP n'a pas la majorité absolue comme à l'Assemblée, commencera à examiner le texte en première lecture début octobre, c'est-à-dire peu après la nouvelle grande journée de mobilisation.

La commission des Affaires sociales du Sénat a mené au cours des dernières semaines une série impressionnante d'auditions. Elle a entendu de nombreux responsables syndicaux mais aussi des chefs d'entreprises et des experts. Car il n'est pas question d'entériner un texte sans en mesurer les effets. « Il fallait étudier l'impact du maintien à 65 ans de l'âge de la retraite à taux plein, principale exigence de la CFDT » a déclaré le président Gérard Larcher qui se dit ouvert à certaines revendications des syndicats. On sait que la réforme porte de 60 à 62 ans l'âge légal de la retraite et de 65 à 67 ans l'âge de la retraite sans décote.

Les sénateurs, qui ne sont pas tous d'accord avec ce projet de loi dans sa rédaction actuelle, ont d'ores et déjà déposé 1153 amendements et trois motions. Ce qui promet des débats assez longs et, sans doute, passionnés.

Des ajustements

Car le Sénat n'est plus cette chambre d'enregistrement qu'elle a souvent été. «Souvenons-nous que dans l'affaire du CPE c'est le Sénat qui a mené la bataille plus longuement que l'Assemblée nationale», rappelait récemment le député socialiste Jean-Christophe Cambadélis. En précisant : «Une partie des sénateurs UMP a retoqué la plupart des amendements sur le dispositif hypersécuritaire du gouvernement, finalement votés». Le député de Paris remarque encore que la «contestation» va «au-delà des rangs de la gauche et estime que la phase du Sénat sera extrêmement importante. Nous sommes dans une phase de confrontation, dit-il. Le gouvernement donne l'impression que c'est terminé... Or, ce n'est pas terminé, nous sommes en pleine controverse et les salariés veulent développer leur propre mobilisation».

Est-ce la raison pour laquelle Nicolas Sarkozy a parlé « de marge » hier, aux sénateur UMP qu'il recevait à déjeuner? «Il nous a dit qu'au-delà du coeur de la réforme (NDLR- sur les mesures d'âge) on pouvait encore regarder un certain nombre de problèmes», a déclaré le sénateur de Haute-Marne Bruno Sido. «Il y a encore non pas de grain à moudre mais des ajustements à réaliser au sénat». Michel Houel, sénateur de Seine-et-Marne a souligné : «Il ne nous a pas dit : il faut voter le texte en l'état, mais il a attiré notre attention sur le fait qu'il ne fallait pas faire n'importe quoi puisque c'est l'avenir des Français».

Ces recommandations confirment s'il en était besoin l'inquiétude du chef de l'Etat sur le sort que les sénateurs pourraient réserver à l'un des textes phare du quinquennat.

Marcel GAY