Social Isri France revient sur ses sanctions : grévistes soulagés

Publié le 22/01/2011
Strasbourg. La direction de l'équipementier automobile Isri France a allégé les sanctions prises contre 26 salariés grévistes qui avaient bloqué l'usine de Merkwiller-Pechelbronn (Bas-Rhin) le 16 décembre.
Social Isri France revient sur ses sanctions : grévistes soulagés
Social Isri France revient sur ses sanctions : grévistes soulagés
Strasbourg. La direction de l'équipementier automobile Isri France a allégé les sanctions prises contre 26 salariés grévistes qui avaient bloqué l'usine de Merkwiller-Pechelbronn (Bas-Rhin) le 16 décembre.

© L'Est Républicain, Samedi le 22 Janvier 2011 / Ouverture Région Lorraine 

Ces salariés avaient notamment bloqué un camion de livraison au cours d'un débrayage de quatre heures initié par la CGT. Vingt-trois d'entre eux ont été mis à pied durant cinq jours, deux ont été licenciés avec effet immédiat et une procédure de licenciement a été ouverte contre le délégué syndical CGT de l'usine.

Le délégué CGT toujours licencié

Après plusieurs semaines de négociation, la direction et les syndicats CFDT et CFTC, majoritaires dans l'entreprise, ont « en partie obtenu gain de cause puisque certaines ont été levées ou réduites », s'est félicité hier le délégué CFTC, Freddy Cullmann.

Les 23 salariés mis à pied pourront transformer leurs cinq jours d'inactivité en récupération ou en RTT et ne subiront pas de perte de salaires et les deux licenciés ont signé un accord avec la direction qui leur permet de partir avec une indemnité.

Seule la procédure de licenciement contre le délégué CGT est toujours en cours.

Plusieurs dizaines de personnes ne faisant pas partie de l'entreprise se sont rassemblées devant l'usine vendredi midi à l'appel de la CGT, qui a affirmé dans un communiqué vouloir « maintenir la pression ».

En raison du débrayage, l'usine avait pris du retard dans le montage de ses sièges automobile et l'image renvoyée avait été désastreuse vis-à-vis d'un important client japonais en visite ce jour-là, avait expliqué la direction pour justifier les sanctions.

La filiale de l'Allemand Isringhausen, Isri France emploie 420 personnes.