Sommet social sur l'emploi - les réactions

Publié le 11/05/2010
Les syndicats, avec Bernard Thibault pour la CGT au premier plan, plutôt circonspects à la sortie de cette réunion.
Sommet social sur l'emploi - les réactions
Sommet social sur l'emploi - les réactions
Les syndicats, avec Bernard Thibault pour la CGT au premier plan, plutôt circonspects à la sortie de cette réunion.

Mardi 11 Mai 2010, © Vosges Matin / FAIT DU JOUR / FAIT-DU-JOUR

Voici les réactions des dirigeants des organisations syndicales et patronales au terme du sommet social sur l'emploi qui s'est tenu lundi à l'Élysée pendant trois heures autour de Nicolas Sarkozy et de plusieurs membres du gouvernement. - François Chérèque (CFDT) ' Les mesures concernant le soutien à l'emploi mises en place l'année dernière pendant la crise seront reconduites : c'est une bonne chose, ces mesures sont utiles. Par contre, sur le pouvoir d'achat, rien, les mesures mises en place l'année dernière ne seront pas reconduites '. ' L'ombre de la rigueur que personne ne veut nommer dans notre pays planait sur ce sommet social. Les premiers à en faire les frais sont les plus modestes dans notre pays. Tout ça augure mal des discussions que nous aurons dans les mois et les semaines qui viennent tant sur le budget de l'État que sur les retraites. C'est la raison pour laquelle la CFDT pense qu'il faut réussir la journée d'action du 27 mai à l'appel de la intersyndicale '. - Bernard Thibault (CGT) 'Le bilan de cette rencontre est assez négatif. Il est spectaculaire de noter qu'il n'y a aucune mesure particulière nouvelle pour faire face à la situation des salariés. Il y a une différence importante de diagnostic de la situation entre notre organisation et le président de la République. Nous serions en sortie de crise alors que les salariés sont toujours au fond de la crise pour l'emploi et qu'il y a des mesures de rigueur !' 'Sur les retraites, le président de la République a attiré notre attention sur le fait qu'il avait l'intention de prendre des mesures en terme de financement en ayant recours aux plus hauts revenus, voire aux revenus du capital. C'est nouveau comme annonce, même s'il est très tôt pour apprécier la portée de cette annonce'. - Jean-Claude Mailly (FO) 'Le président de la République se refuse à utiliser le terme de rigueur, il parle de gestion responsable, il n'en reste pas moins que pour nous, deux éléments peuvent mener à la rigueur et sont déjà utilisés, la révision générale des politiques publiques qui risque de s'amplifier et la réforme des retraites'. - Jacques Voisin (CFTC) 'Nous attendions à ce qu'il n'y ait pas de mesures extraordinaires prises aujourd'hui'. 'Je suis assez satisfait des mesures sur l'emploi' mais il n'y a 'pas grand-chose sur la redistribution des richesses et rien pour le pouvoir d'achat'. - Bernard Van Craeynest (CFE-CGC) 'Cela a été l'occasion de mesurer la volonté du gouvernement à la fois de tenir les dépenses budgétaires et en même temps éventuellement de les réorienter sur certains dispositifs [...] le président de la République semble être prêt à mettre fin au dispositif zéro charge au 30 juin, nous avons souhaité voir redéployer cette somme pour soutenir l'emploi des seniors' - Laurence Parisot (Medef) 'Nous considérons qu'il serait souhaitable de maintenir le dispositif zéro charges pour les TPE. Nous avons attiré l'attention du président et du gouvernement sur le fait que ce sont ces petites entreprises qui sont aujourd'hui le plus en capacité de créer des emplois, il y aurait donc un intérêt à maintenir ce dispositif spécifique.' - Jean-François Roubaud (CGPME) 'Les zéro charge sur les entreprises TPE (ne) seront sans doute malheureusement pas reconduites dans l'état où elles sont actuellement, mais nous essayons d'obtenir mieux que l'arrêt à fin juin'. - Jean Lardin (UPA) 'Je suis satisfait des mesures en faveur de l'alternance. Nous aurions bien aimé que le zéro charges soit maintenu jusqu'à la fin 2010 mais nous verrons la suite des opérations'.