Steelcase ferme à Marlenheim

Publié le 15/04/2010
L'usine alsacienne du spécialiste américain de mobilier de bureau va fermer, entraînant au moins 75 licenciements.
Steelcase ferme à Marlenheim
Steelcase ferme à Marlenheim
L'usine alsacienne du spécialiste américain de mobilier de bureau va fermer, entraînant au moins 75 licenciements.

Jeudi 15 Avril 2010, © Vosges Matin / REGION

Malgré de nombreuses manifestations, les syndicats n'ont pas pu empêcher la fermeture du site alsacien.
Le groupe américain de mobilier de bureau Steelcase fermera dans les prochains mois son usine de Marlenheim (Bas-Rhin) qui emploie 202 salariés, ce qui se traduira par au moins 75 licenciements, a-t-on appris hier de source syndicale. Le fabricant prévoit de se 'désengager' de Marlenheim en transférant ses productions d'armoires métalliques et de plateaux de bureaux respectivement vers les usines de Wisches (Bas-Rhin) et Rosenheim en Allemagne, a confirmé la direction dans un communiqué. Annoncée hier à Strasbourg lors d'un comité central d'entreprise au siège de Steelcase International (monde hors Amérique du Nord), la fermeture de Marlenheim pourrait intervenir d'ici à la fin de l'année, a estimé Bruno Pannekoecke, délégué central CGT, précisant toutefois que le calendrier 'n'est pas établi'. Selon la direction, la mesure n'aboutira qu'à la suppression de 75 emplois, car elle prévoit la mutation de 97 personnes vers le site de Wisches et la création de 30 postes à Wisches et Sarrebourg (Moselle). Les licenciements seront plus nombreux car les mutations effectives seront moindres, ont en revanche estimé les représentants syndicaux. Travailler à Wisches, distant de 27 kilomètres, représentera 'un surcroît de déplacement qui portera l'aller-retour quotidien à plus de 100 kilomètres pour la majorité des salariés qui résident dans l'agglomération strasbourgeoise', a relevé M. Pannekoecke. 'Que les 97 suivent tous relève de la science-fiction' , a renchéri Jean-Luc Braun, délégué central CFDT. L'entreprise mettra en place une navette de bus, a annoncé la direction. Selon la direction de Steelcase, la 'crise sans précédent' du marché du mobilier de bureau impose le recentrage en Europe sur quatre sites spécialisés: Rosenheim et Durlangen en Allemagne, Wisches (produits métalliques) et Sarrebourg (sièges et panneaux) en France qui emploieront encore à eux deux 606 salariés. Déjà 106 emplois perdus en 2009 Parmi les sites existants, Marlenheim était le plus exposé car il combine 'deux produits sur deux technologies très différentes', a souligné Yvan Stehly, directeur administratif et financier de Steelcase International. L'an dernier, le groupe a vendu à d'anciens cadres une autre de ses usines alsaciennes à Rosenheim (composants métalliques). Steelcase International avait déjà supprimé 106 emplois en Alsace l'an dernier tout en recourant au chômage partiel qui ne suffit plus, selon la direction. 'Depuis, nos projections de marché ont conclu à un recul durable. En dépit des timides éclaircies pour l'économie en général, notre secteur d'activité s'installe dans la crise car il met traditionnellement plus de temps à repartir', a expliqué M. Stehly. Steelcase International a enregistré une baisse de chiffre d'affaires de 28% l'an dernier hors effet de change, à 642 millions de dollars, ainsi qu'une perte de 35 millions de dollars dont la moitié résulte des charges de restructuration.