TVA sociale

Publié le 18/01/2012
La TVA sociale non grata
TVA sociale
TVA sociale
La TVA sociale non grata

© L'Est Républicain, Mercredi le 18 Janvier 2012 / France-Monde

 

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a estimé qu'augmenter la TVA (de 2 ou 3 %) pour compenser une baisse du coût du travail reviendrait à faire un nouveau « plan de rigueur ».

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, s'est dit prêt à « polémiquer » avec le président Nicolas Sarkozy sur le diagnostic de la crise, en récusant l'idée que les salariés « coûteraient trop cher ».

Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, n'a pas mâché pas ses mots et prévenu qu'il enverrait « bouler » Nicolas Sarkozy s'il voulait lui parler de TVA sociale lors du sommet. « J'ai déjà dit qu'on ne discuterait pas de cela. Idem pour les accords compétitivité-emploi », martèle-t-il estimant que ces sujets sont ceux d'une campagne électorale.

L'Unsa (Union nationale des syndicats autonomes), qui n'a pas été invitée au sommet attend de ce rendez-vous « d'abord des mesures d'urgence sur l'emploi ».

L'équipe de campagne de François Hollande approuvera les mesures du sommet social de mercredi qui « feront consensus avec les syndicats », tout en qualifiant la rencontre de « sommet sauve-qui-peut » et en s'opposant à la TVA sociale et aux contrats de compétitivité.

Le président du MoDem et candidat à l'Elysée François Bayrou a dit : « Trop tard », « trop court » et déclaré qu'il n'attendait « pas grand-chose » du sommet social en réaffirmant son opposition à la TVA sociale.