Un gauchiste à l'Elysée ?

Publié le 03/01/2012
C'était il y a quatre décennies, un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.
Un gauchiste à l'Elysée ?
Un gauchiste à l'Elysée ?
C'était il y a quatre décennies, un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

© Le Républicain Lorrain, Mardi le 03 Janvier 2012 / IG /

 

 

 

En cette époque prospère où les Trente Glorieuses jouaient leurs dernières notes sans que personne ne le sache encore, un mot donnait des frissons strauss-khaniens à ceux ne désespérant pas de rejouer Mai 68 à plus grande échelle : autogestion. Les anarchistes espagnols l'avaient expérimentée avec des succès divers lors de la guerre civile. La Yougoslavie de Tito avait popularisé la pratique en faisant semblant de s'y adonner. L'Algérie fraîchement indépendante aussi. Autant dire qu'au temps du gaullisme triomphant, la chose sentait le soufre, abhorrée par papa, adorée par fiston.

Ressortie des placards dans le grand chamboule- tout de la fin des années soixante, l'autogestion fut gravée sur les tables de la loi de la CFDT, puis délaissée non sans avoir connu une phase de travaux pratiques avec l'affaire Lip. Les ouvriers de l'entreprise horlogère, en dépôt de bilan, avaient occupé l'usine avant de s'emparer du stock et de redémarrer la production. L'épisode porta Benny Levy, fondateur de la Gauche prolétarienne, au bord de l'épectase. Et Pierre Messmer, Premier ministre, au milieu des quarantièmes rugissants lorsque, questionné sur l'affaire, il éructa son fameux « Lip, c'est fini ! »

Aujourd'hui, associations et coopératives cultivent une forme d'autogestion institutionnalisée, guère de nature à effaroucher le bourgeois. Une branche de la CFDT y est même revenue pour tenter de redémarrer SeaFrance, seule compagnie française à assurer la liaison maritime Calais-Douvres, placée en liquidation judiciaire pour cause de Tunnel sous la Manche et de crise économique. Jusqu'ici, rien d'anormal. Mais là où la réalité risque de remuer les mânes de Pierre Messmer, c'est lorsque le gouvernement renoue avec le Graal soixante-huitard en favorisant l'appropriation de SeaFrance par ses salariés. Nicolas Sarkozy ferait-il du gauchisme comme l'autre de la prose, sans le savoir ? Disons plutôt de la triangulation, cette technique inventée par Bill Clinton et jardinée à grande échelle par Tony Blair, consistant à conserver l'initiative en allant butiner les plates-bandes de l'adversaire. Même si elles ont quarante ans d'âge.

Philippe WAUCAMPT.