Une prime de 1000 EUR pour les salariés ?

Publié le 15/04/2011
Le gouvernement cherche un meilleur partage de la valeur ajoutée dans les entreprises qui versent des dividendes à leurs actionnaires.
Une prime de 1000 EUR pour les salariés ?
Une prime de 1000 EUR pour les salariés ?
Le gouvernement cherche un meilleur partage de la valeur ajoutée dans les entreprises qui versent des dividendes à leurs actionnaires.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 14 Avril 2011 / IG /
 

 

La ministre de l'Economie Christine Lagarde et le ministre du Budget François Baroin ne semblent pas tout à fait sur la même longueur d'onde. Photo REUTERS

Le gouvernement a évoqué hier la création prochaine d'une prime d'« au moins 1 000 euros » pour les salariés d'entreprises versant des dividendes, afin de contraindre ces dernières à associer les travailleurs à la création de richesse. Le président Nicolas Sarkozy avait annoncé la semaine dernière la préparation d'un tel dispositif.

« Tous les jours, toutes les semaines, on nous annonce des augmentations de distributions de dividendes, de primes exceptionnelles, de bonus pour les grands patrons. Tout le monde, tous les salariés qui participent à l'augmentation de richesse de leurs entreprises doivent pouvoir bénéficier de ce dispositif », a affirmé hier le ministre du Budget François Baroin.

Cette mesure de « justice et d'équité » pourrait prendre la forme d'un « dispositif simple sous forme d'une prime exceptionnelle dont le montant n'est pas encore stabilisé - au moins 1 000 euros », a-t-il précisé.

« Pas n'importe quoi »

« Ce qui est important, c'est que cela puisse s'appliquer à toutes les entreprises qui distribuent du dividende », a précisé la ministre de l'Economie Christine Lagarde, et notamment celles de moins de 50 salariés. Elle a ajouté que c'était elle et son homologue chargé de l'Emploi Xavier Bertrand qui avaient été chargés par Sarkozy de plancher sur le projet.

La mesure passerait par « des mécanismes d'incitation sur le plan fiscal et sur le plan des charges sociales », a déclaré Lagarde, ajoutant qu'il ne fallait « pas faire n'importe quoi ».

Avant la déclaration de Baroin, Lagarde s'était montrée beaucoup plus réservée sur l'instauration d'une prime fixée par le gouvernement. « On n'est pas le Gosplan ! », avait-elle lancé lundi, en référence à l'organisme soviétique de planification économique.

Régulièrement critiqué pour n'avoir pas respecté sa promesse électorale d'être le « président du pouvoir d'achat », Nicolas Sarkozy avait estimé en mars que la faible évolution des salaires comparée aux montants importants des dividendes versés par les entreprises n'était « plus supportable ».

La CFTC et la CFDT ont déploré hier que la proposition de lier le versement de dividendes à celui d'une prime pour les salariés dans les entreprises laisse de côté un grand nombre de salariés, la CGT et FO réclamant, à la place, une revalorisation des salaires.