Vraie-fausse relocalisation refusée

Publié le 13/01/2010
Le préfet de la Vienne a refusé à l'entreprise Autoliv-Isodelta, groupe suédois qui produit des volants et qui a licencié une centaine d'employés, de faire venir dans la Vienne des ouvriers tunisiens, a-t-on appris hier auprès de la préfecture.
Vraie-fausse relocalisation refusée
Vraie-fausse relocalisation refusée
Le préfet de la Vienne a refusé à l'entreprise Autoliv-Isodelta, groupe suédois qui produit des volants et qui a licencié une centaine d'employés, de faire venir dans la Vienne des ouvriers tunisiens, a-t-on appris hier auprès de la préfecture.

© Le Républicain Lorrain, Mercredi le 13 Janvier 2010
 

Autoliv souhaitait faire venir sur son site de Chiré-en-Montreuil une trentaine d'ouvriers de l'usine tunisienne d'El Nadhour, dont la production est arrêtée après un incendie qui a ravagé les bâtiments, au lendemain de Noël.

« Qu'ils assument »

« Dès que le préfet, Bernard Tomasini, a lu ça dans la presse, il m'a demandé d'appeler le consulat de France en Tunisie pour stopper la délivrance des visas », a expliqué le secrétaire général de la préfecture Jean-Philippe Setbon. « L'argument est simple. Il y a un an, Isodelta a licencié une centaine de personnes. Ils ont fait le choix de délocaliser en Tunisie. Très bien. Mais qu'ils l'assument et qu'ils ne fassent pas venir ici des travailleurs tunisiens », a ajouté le secrétaire général. Selon le préfet, l'entreprise n'a «pas respecté la procédure légale» et voulait par ailleurs «faire entrer ses travailleurs sous un régime tout à fait exceptionnel qui est celui du stage de formation». « Nous sommes opposés à la venue d'employés tunisiens puisqu'ici, il y a des gens compétents qui ont besoin de travail », a déclaré pour sa part Patrice Gonnet, délégué CFDT. 80 intérimaires ont déjà été recrutés, pour assurer les commandes. Le groupe suédois Autoliv est propriétaire depuis cinq ans de la chaîne de production de volants à Chiré-en-Montreuil et emploie 680 personnes. L'usine d'El Nadhour emploie environ 700 personnes.