Editorial de Présence 175 - Bimestriel de la CFDT Lorraine

Publié le 09/03/2009 (mis à jour le 04/09/2009)
Février-Mars 2009 - "FIERS DE NOS COMBATS"
Editorial de Présence 175 - Bimestriel de la CFDT Lorraine
Editorial de Présence 175 - Bimestriel de la CFDT Lorraine
Février-Mars 2009 - "FIERS DE NOS COMBATS"

L'intégralité de 'Présence' est consultable et téléchargeable en cliquant sur le lien ci-dessous 'En savoir plus', visible des seuls adhérents identifiés.

FIERS DE NOS COMBATS

Pour mesurer de manière plus fine l’impact de la crise sur les entreprises et surtout pour mieux appréhender la réalité de ce que vivent les équipes CFDT dans certains secteurs plus directement touchés, j’ai souhaité rencontrer plusieurs sections syndicales. Il s’agit d’avoir une vision la plus précise possible de la réalité économique de l’entreprise, de la manière dont le contexte pèse sur ses choix mais surtout aussi de voir comment les équipes CFDT tentent d’apporter des réponses aux salariés.

Ces rencontres sont riches d’enseignement, le premier – et pas le moindre – est de constater le haut niveau de connaissance qu’ont les délégués de leur entreprise mais surtout la fierté qu’ils ont à parler d’elle et combien ils s’y identifient. L’analyse des pratiques syndicales est riche d’enseignement et parle bien plus que de longs discours sur les valeurs de notre organisation. Mais mon propos n’est pas là aujourd’hui...

Nous savons les uns et les autres par expérience, combien il est parfois difficile de faire vivre la parole CFDT sur les lieux de travail, non pas qu’il y aurait doute sur sa pertinence (bien au contraire !) mais parce que notre parole est exigeante et complexe car les problèmes auxquels nous sommes chaque jour confrontés le sont ô combien. C’est difficile aussi de répondre aux assauts de démagogie et de radicalité de certains. Leur discours est souvent plus séduisant pour les salariés : ce n’est que plus tard que ces derniers découvrent que les belles paroles les ont conduits dans le mur...

En période de crise, c’est encore plus compliqué de porter le syndicalisme CFDT parce que chaque jour, les militants sont confrontés aux angoisses et aux peurs des salariés quant à leur avenir. Il faut écouter, entendre, mais surtout apporter des réponses concrètes. Ce poids est souvent terrible et pourtant tous les jours, des centaines de militants l’assument. Cela vaut également dans les fonctions publiques, les hôpitaux, etc. où tant d’autres militants sont au contact d’agents qui vivent de plus en plus mal la difficulté à assurer concrètement leurs missions suite à des choix politiques désastreux. La CFDT-Lorraine est à vos côtés dans tous ces combats : c’est notre raison d’être majeure, n’hésitez-pas à nous solliciter. Notre manière aussi de vous aider est d’agir à notre niveau pour engranger des acquis et ceux que nous avons obtenus sont sans précédent en Lorraine (lire pages 4-5) comme au plan confédéral.

Chaque jour donc, vous faites un travail syndical diffi cile et admirable pour recréer l’espoir, plus dur encore là où frappe la crise. Dans les entretiens, les délégués ont dit aussi leur souffrance résumée par l’un d’eux : « En tant que syndicaliste, ai-je le droit d’accepter que l’entreprise se sépare de certains de mes copains de travail ? Mais je sais que si elle ne le fait pas, c’est toute la boîte qui risque de tomber… » Oui, on vous demande beaucoup, trop sans doute, et pourtant vous répondez toujours présent parce que c’est dans ces moments les plus durs que les attentes des salariés sont les plus fortes… Vous répondez parce que c’est le sens même de notre engagement que d’être aux côtés de ceux qui sont en difficulté. Vous répondez parce c’est bien une conception de la personne humaine, une conception de la solidarité qui sont au coeur de notre action.

Chaque jour vous démontrez que la « noblesse de l’engagement » n’est pas qu’une formule de rhétorique…
Soyez fiers du travail que vous réalisez au quotidien, soyons fiers de nos démonstrations de force du 29 janvier et du 19 mars, soyons fiers de nos combats présents et à venir ! Oui l’action syndicale est porteuse d’avenir : nous en sommes convaincus et nous allons continuer à le démontrer !

                                                                                                                                
Alain GATTI

PRESENCE - Septembre/Octobre 2012- n°198