Les conditions de travail chantier de la CFDT

Publié le 20/06/2011
Un observatoire, des états généraux des conditions de travail se dégradent dans le public. La CFDT étoffe le dossier.
Les conditions de travail chantier de la CFDT
Les conditions de travail chantier de la CFDT
Un observatoire, des états généraux des conditions de travail se dégradent dans le public. La CFDT étoffe le dossier.

© Le Républicain Lorrain, Samedi le 18 Juin 2011 / Moselle Actualités /

 

 
Fonctionnaires, rien ne va plus. Assaisonnés à la sauce de la RGPP (Révision générale des politiques publiques), « ils n'en peuvent plus », assure la CFDT. À l'heure où l'État joue la carte du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, le syndicat dénonce le stress, la surcharge de travail, la pression « et la souffrance de ne pas pouvoir bien faire son travail », déclare Dominique Marchal, secrétaire régionale CFDT Lorraine et responsable du secteur de la fonction publique.

Hier, au domaine de l'Asnée, à Villers-lès-Nancy, cette dernière avait convoqué les « états généraux des conditions de travail dans les fonctions publiques. Ils font suite à une opération conduite en février dernier : nous étions allés à la rencontre des fonctionnaires sur leurs lieux de travail. Dans le privé, la CFDT possède une expertise sur les conditions de travail. Pourquoi ne pas l'utiliser dans la fonction publique ? » Les Commissions d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) n'ont pas encore fait leur apparition dans les diverses composantes de la fonction publique. « I l existe parfois des commissions d'hygiène et de sécurité, mais jusqu'à maintenant pas des conditions de travail », poursuit Dominique Marchal. La loi instituant les CHSCT attend ses décrets.

L'observatoire voulu par la CFDT passera par une grande enquête nationale auprès des salariés. « Les risques psycho-sociaux sont grands. Dans certains secteurs, comme la santé, la justice ou l'Éducation nationale, si cela marche c'est parce que les agents le veulent bien. Mais les arrêts maladie se multiplient », déplore la syndicaliste. Elle souhaite aussi que l'image du fonctionnaire change. « On fait porter aux agents les déficiences de l'organisation. Il y a à travailler l'image du fonctionnaire qui souffre du discours simpliste de l'État », conclut Dominique Marchal.

M.-O.  N.