Les priorités sanitaires de la CFDT Lorraine

Publié le 11/04/2011
La lutte contre les inégalités sociales et de territoire sont la priorité que la CFDT a fait valoir auprès de l'ARS, qui prépare un Plan régional de santé.
Les priorités sanitaires de la CFDT Lorraine
Les priorités sanitaires de la CFDT Lorraine
La lutte contre les inégalités sociales et de territoire sont la priorité que la CFDT a fait valoir auprès de l'ARS, qui prépare un Plan régional de santé.

Le Républicain Lorrain, Lundi le 11 Avril 2011 / Région /

 

Dans quelques semaines, l'Agence régionale de santé (ARS) présentera son Plan régional de santé (PRS) pour la Lorraine, un dispositif qui couvre les champs du soin, de la prévention, le médico-social, la dépendance.

Avant cela, la CFDT Santé a écrit à Jean-Yves Grall, directeur de l'ARS, pour lui faire connaître sa vision sur la politique sanitaire régionale. Sur certains plans, il semble y avoir des points de convergence, ou à tout le moins une analyse commune. Le syndicat met cependant l'accent sur les priorités necessaires à une meilleure prise en charge de la santé des Lorrains. « Dans notre région, le système de santé est porteur d'inégalités sociales et territoriales », constate Alain Gatti, secrétaire général de la CFDT Lorraine. Dans un pays où 23 % des gens disent avoir renoncé à se soigner pour des questions d'argent, la Lorraine est dans une position encore plus délicate. « Nous sommes vingtièmes sur vingt-deux régions pour ce qui concerne la morbidité », souligne Dominique Toussaint, chargé des questions de santé au sein du syndicat.

De la méthode

Le passé industriel pèse lourdement sur la santé des Lorrains. Lorsqu'on parle de santé au travail et de prévention, un point sur lequel la CFDT veut mettre l'accent, il faut tenir compte de cette spécificité. « La carte de la surmortalité par cancer recoupe exactement les implantations industrielles. On est à peu près sûr de l'origine professionnelle des cancers qui se fabriquent », poursuit-il. Pour ce qui concerne l'organisation territoriale du système de soin, la CFDT partage l'analyse des politiques et acteurs de santé. La CFDT est favorable aux réseaux qui maillent le territoire, au rapprochement entre le CHU de Nancy et le CHR de Metz-Thionville, à condition qu'il y ait « un peu de méthode, que les choses soient expliquées aux personnels. Dire pourquoi on fait ça et comment on va le faire ensemble est un préalable indispensable. Il faut un volet social », propose le syndicat, qui trouve qu'une certaine précipitation règne. Cependant, tous ne peuvent que constater la pénurie de médecins généralistes ou spécialistes. Huit pédiatres seulement pour tout le département de la Meuse. Or, un système de soin convenablement articulé entre les grands équipements et les structures de proximité fait partie de l'attractivité territoriale.

Revoir la liberté d'installation?

S'agissant des généralistes et de la désaffection des jeunes médecins pour la Lorraine, la CFDT estime que « le temps est venu de lancer un débat national sur le principe de la liberté d'installation. A l'évidence, le système est arrivé à ses limites et cela génère des disparités énormes entre les territioires et les prévisions pour l'avenir sont vraiment alarmistes », poursuit-il.

Plus généralement, la CFDT déplore que les décisions qui se dessinent soient uniquement gouvernées par l'argument financier. Sans pour autant méconnaître le coût du système de santé.

M. R.