SOCIAL A PIERREPONT ET BATILLY : FAURECIA ET LA SOVAB AU POINT MORT

Publié le 30/04/2009
Aucun Master ne sortira des lignes de production de la Sovab, aujourd'hui à Batilly. La faute au mouvement de grève qui continue de paralyser le site Faurecia de Nompatelize, dans les Vosges, et par ricochet celui de Pierrepont.
SOCIAL A PIERREPONT ET BATILLY : FAURECIA ET LA SOVAB AU POINT MORT
SOCIAL A PIERREPONT ET BATILLY : FAURECIA ET LA SOVAB AU POINT MORT
Aucun Master ne sortira des lignes de production de la Sovab, aujourd'hui à Batilly. La faute au mouvement de grève qui continue de paralyser le site Faurecia de Nompatelize, dans les Vosges, et par ricochet celui de Pierrepont.

Pour ce jeudi matin, la direction de Faurecia Pierrepont a demandé aux ouvriers de se présenter à l’usine. Par contre, pour ce qui est du poste de l’après-midi, il était hier soir encore trop tôt pour se prononcer…

Les craintes évoquées hier dans nos colonnes étaient donc fondées. A Batilly, les salariés de la Sovab seront contraints de rester chez eux aujourd’hui. La reprise du travail se fera au mieux ce lundi. Les explications.

Ça chauffe à Nompatelize
Plusieurs heures de négociations ­ hier après-midi ­ n’auront pas permis de trouver une issue au conflit qui paralyse l’usine Faurecia de Nompatelize, dans les Vosges. En grève illimitée depuis lundi matin, les quelque 400 salariés n’ont pas obtenu ce qu’ils souhaitaient de la part de la direction. «On est loin du compte », explique William Laulé, qui est délégué CFDT.
Les négociations devraient reprendre ce matin, entre direction et partenaires sociaux, mais les espoirs d’apaisement semblent minces. «
Je vois mal comment on pourrait reprendre le travail avant lundi », précise William Laulé. Car pour l’heure, aucun compromis n’a pu être trouvé sur la question des indemnités de départ (le site doit fermer en 2010 ou 2011). Cela signifie donc que les principaux clients de Faurecia (la Sovab, mais aussi PSA pour la 308 et la C4) vont tous devoir arrêter leur production.
Dans le flou à Pierrepont
Tout est lié. Nompatelize à Pierrepont, Pierrepont à Batilly. Un maillon de la chaîne cède et… hier c’est le site au nord de Longwy qui en a fait les frais le premier. Sans armatures métalliques en provenance des Vosges, impossible de garnir sièges et banquettes.
Pour autant, contre toute attente, deux semi-remorques sont parvenus à Pierrepont, hier dans la matinée. Un stock qui restait entreposé à Nompatelize. Cela a permis d’assembler des banquettes. Mais pas les sièges conducteur. Pour ce jeudi matin, la direction a demandé aux ouvriers de se présenter à l’usine. Par contre, pour ce qui est du poste de l’après-midi, il était hier soir encore trop tôt pour se prononcer…
Un air de déjà-vu à Batilly
La production des Master a été perturbée dès hier matin, à Batilly. A partir de 7 heures, ce sont des véhicules incomplets (il manquait une partie de siège) qui ont été assemblés dans l’usine avant d’être stockés. Ils seront achevés quand le fournisseur, en l’occurrence Faurecia, livrera de nouveau les pièces. Par ailleurs, un comité d’entreprise extraordinaire s’est tenu hier après-midi. La direction a annoncé que la Sovab serait une nouvelle fois à l’arrêt ce jeudi. Cet arrêt concerne l’ensemble du personnel, y compris celui du 'tertiaire'. Un nouveau CE extraordinaire est d’ores et déjà programmé aujourd’hui, dans l’après-midi, afin de faire un point sur la situation. Mais hier soir, il y avait quelques raisons d’être pessimiste quant à une éventuelle reprise de l’activité à partir de lundi. Il faudra donc scruter avec attention, d’ici là, ce qui se passe à Nompatelize.
O. C. et F. Sur.
Publié le 30/04/2009 - Région